Guerre en Ukraine : la Fédération internationale de gymnastique ouvre une procédure disciplinaire contre le Russe Ivan Kuliak après "un comportement choquant"

Le gymnaste russe arborait un "Z" en soutien à l'armée russe lors de l'épreuve de Coupe du monde de Doha, samedi.

Article rédigé par
Louis Delvinquière - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le gymnaste russe Ivan Kuliak arborait le Z, symbole de l'armée russe pour l'invasion en Ukraine, le 5 mars sur la Coupe du monde de Doha au Qatar. (Capture d'écran Gymnovosti)

L'image a fait le tour du monde et en a stupéfait plus d'un. Le gymnaste russe Ivan Kuliak, troisième de la Coupe du monde de Doha au Qatar, dans l'épreuve masculine des barres parallèles, samedi 5 mars, arborait sur sa combinaison de compétition le "Z", symbole de l'armée russe dans le conflit face à l'Ukraine. En fin d'après-midi, dimanche, la Fédération internationale de gymnastique (FIG) a annoncé dans un communiqué envoyé à franceinfo: sport demander "à la Gymnastics Ethics Foundation d'ouvrir une procédure disciplinaire" contre l'athlète "à la suite de son comportement choquant."

Russes et Biélorusses interdits de compétition dès lundi 

La Gymnastics Ethics Foundation est l'instance chargée de maintenir la sécurité et l'équité dans la gymnastique. Les prochains jours seront décisifs pour ces deux instances, qui devront se positionner en réponse au geste du gymnaste russe Ivan Kuliak. Le podium de la compétition, avec Ivan Kuliak, troisième, et l'Ukrainien Illia Kovtun, vainqueur, a été tendu. Les deux athlètes ont pris soin de s'éviter au maximum.

La FIG a également confirmé adopter de nouvelles mesures contre la Russie et la Biélorussie à compter du 7 mars prochain. A partir de lundi, les athlètes et officiels russes et biélorusses, y compris les juges, ne seront plus autorisés à participer aux compétitions de la FIG, ni aux compétitions estampillées FIG.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Gymnastique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.