Un Français amateur de foot sur trois reconnaît tenir des propos homophobes devant un match (mais les minimise)

Une enquête de l'institut Ipsos pour l'association Foot Ensemble montre que les mots "pédé" ou "tapette" sont souvent banalisés par les amateurs de football.

Des supporters regardent un match de football dans un bar (photo d\'illustration).
Des supporters regardent un match de football dans un bar (photo d'illustration). (FREDERIC CIROU / ALTOPRESS / AFP)

Au stade ou devant la télé, les insultes fusent. Qu'elles visent les arbitres, les joueurs, les supporters du camp adverse, les attaques homophobes, notamment, sont "enracinées et banalisées" par les amateurs de football, selon une enquête d'Ipsos pour l'association Foot ensemble. Un Français amateur de foot sur trois reconnaît tenir des propos homophobes devant les matchs de football, selon cette étude, intitulée "les Français et l'homosexualité dans le football", publiée jeudi 17 mai.

A la question "Quand on regarde/assiste à un match de football, certaines expressions sont souvent employées comme 'pédé', 'tarlouze' ou 'tapette'. Vous personnellement, vous arrive-t-il de dire l’une ou plusieurs de ces expressions ?", 34% des personnes interrogées qui regardent des matchs ont répondu "oui", "systématiquement", "souvent" ou "rarement" détaille le sondage d'Ipsos (qui annonce "un Français sur quatre", en comptant ceux qui déclarent ne jamais regarder de match). 

    
     (IPSOS)

Mais la même proportion estime que, prononcés devant un match, les termes "pédé", "tarlouze" ou "tapette" sont "sans rapport avec l'homosexualité". Les amateurs de foot considèrent que "ces propos font partie du 'folklore' du football et sont sans connotation homophobe", résume Ipsos, dans sa synthèse.

Le collectif Rouge Direct, "lanceur d'alerte contre l'homophobie dans le sport" compte d'ailleurs  poursuivre la Ligue de football professionnelle (LFP) devant le tribunal administratif pour "défaillance" et a créé une cagnotte pour financer son action. Il regrette le laxisme de la LFP face, notamment, aux chants "grossiers et homophobes" des supporters dans les stades. 

    
     (IPSOS)

Le terme "enculé" écarté de l'étude

L'enquête ne questionne toutefois pas l'emploi du terme "enculé", accolé tantôt à des arbitres, tantôt à certains clubs français et fréquemment chanté dans les stades. "Nous avons fait le choix de ne retenir que trois mots, parmi ceux qui peuvent choquer les personnes homosexuelles", explique Doan Pham, directrice adjointe département Tendances et prospective de l'institut Ipsos, à franceinfo. "Mais même s'il n'est pas écrit, [le mot 'enculé'] est compris dans la liste des propos homophobes", ajoute-t-elle.

Interrogée sur la possibilité que des sondés n'admettent pas tenir des propos qu'ils savent condamnables, Doan Pham explique qu'il y a "toujours un biais, même quand on demande aux gens combien de fois ils mangent de pâtes par semaine". L'étude, menée sur internet, permet toutefois aux sondés, selon sa directrice, "de répondre plus honnêtement que face à un enquêteur".

L'enquête Ipsos a été menée auprès d'un échantillon représentatif de 2176 Français, hommes et femmes âgés de 16 à 75 ans, en ligne, du 6 au 8 février 2018, pondéré selon la méthode du Rim Weighting.