Cet article date de plus de neuf ans.

Trois questions sur l'interdiction du RC Lens de monter en Ligue 1

Le club lensois est interdit de Ligue 1 par une décision du gendarme financier du foot français. Il lui reste une dernière chance pour retrouver l'élite du football.

Article rédigé par Mathieu Dehlinger
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des supporters du RC Lens avant un match au stade Felix Bollaert (Pas-de-Calais), le 12 avril 2014. (EDDY LEMAISTRE / DPPI MEDIA / AFP)

Le RC Lens reste pour l'instant à la porte de l'élite française du ballon rond. Malgré ses bons résultats l'année passée, le club ne peut toujours pas monter en Ligue 1, a décidé mardi 15 juillet la Direction nationale de contrôle de gestion (DNCG), le gendarme financier du football hexagonal.

Car si le club est en forme sur le plan sportif, difficile d'en dire autant sur le plan financier. Le Parisien annonçait un déficit d'une quinzaine de millions d'euros pour le RC Lens au 30 juin. A l'issue de la saison 2012-2013, la DNCG avait même retrogradé un temps le RC Lens en National, là aussi pour des raisons financières, avant qu'un actionnaire ne sauve le club.

Francetv info revient sur les causes et les conséquences de ce maintien en Ligue 2.

Pourquoi une telle décision ?

Fin juin, la DNCG n'avait pas validé la montée du club lensois en Ligue 1. L'instance estimait que le RC Lens n'offrait pas les garanties financières suffisantes pour être promu. Il manquait 10 millions d'euros pour boucler le budget de l'année prochaine.

A l'époque, Gervais Martel, le président du club, expliquait ce "contretemps" par le retard d'un virement depuis l'Azerbaïdjan, pays d'origine de l'actionnaire majoritaire Hafiz Mammadov, en raison d'un jour férié. Plus récemment, c'est un changement de coordonnées bancaires qui aurait bloqué l'argent. Aujourd'hui, il n'est toujours pas sur les comptes, reconnaît le RC Lens.

Que peut faire le club ?

Reste une dernière chance pour le RC Lens. Le club a d'ores et déjà annoncé qu'il allait faire appel de la décision de la DNCG auprès du Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Il existe un précédent : en 2002, Nice avait été réintégré en Ligue 1 dix jours avant le début du championnat.

A qui profitent les déboires de Lens ?

Les malheurs des uns font le bonheur des autres. Si les "Sang et Or" étaient maintenus en Ligue 2, c'est Sochaux qui en bénéficierait automatiquement. Dix-huitème et premier relégable de Ligue 1 à l'issue de la saison passée, le club doubiste en profiterait pour retrouver sa place dans l'élite du football français.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.