Super Ligue de football : "Une honte" pour Éric Cantona, de "la surenchère" selon Bixente Lizarazu

Douze équipes ont donné leur accord pour participer à cette Super Ligue européenne. Plusieurs milliards d'euros sont déjà sur la table.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Eric Cantona et Bixente Lizarazu. (OLI SCARFF / AFP CHRISTOPHE ABRAMOWITZ / RADIO FRANCE)

"C'est une honte", a réagi lundi 20 avril Éric Cantona, l'ancienne gloire de Manchester United, à la création d'une Super Ligue par douze clubs anglais, italiens et espagnols.

>> On vous explique le projet de Super Ligue européenne, la nouvelle compétition que 12 grands clubs veulent lancer

Cette Super Ligue sera composée de "clubs fondateurs" où figurent des formations italiennes, anglaises et espagnoles : Milan AC, Arsenal, Atlético Madrid, Chelsea, FC Barcelone, Inter Milan, Juventus Turin, Liverpool, Manchester City, Manchester United, Real Madrid et Tottenham. Trois autres clubs devraient être invités à les rejoindre. L'UEFA a promis des sanctions à l'encontre des joueurs participant à cette compétition.

"Est-ce que ces grands clubs ont demandé à leurs supporters ce qu'ils pensaient de la Super Ligue ? Non, malheureusement et c'est une honte", a-t-il déclaré dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. Le "King" a rappelé l'importance des supporters dans le football : "Depuis un an, nous avons regardé des matchs à la télévision avec les meilleurs clubs du monde et les meilleurs joueurs du monde. C'était tellement mieux. C'est toujours tellement ennuyeux parce que les supporteurs ne sont pas là", a-t-il indiqué.

"Les supporters qui chantent, qui sautent, qui encouragent leur équipe, ce sont eux qui sont les plus importants dans le football. Ils doivent être respectés", a estimé Éric Cantona.

"On est gavé d'argent", estime Bixente Lizarazu

"Il y a une recherche de nouvelles formules à chaque fois pour ramener plus d'argent. Ça commence à devenir un peu choquant. On est gavé d'argent dans le foot et moi, je trouve qu'à un certain moment, il faut être capable de s'arrêter", s'est insurgé Bixente Lizarazu, consultant football de franceinfo et vainqueur de la Ligue des Champions avec le Bayern en 2001, mardi 20 avril sur franceinfo.

"Je pense qu'il faudrait déjà qu'on apprenne à réduire un peu nos dépenses. Qu'on arrête d'être en permanence dans la surenchère, a estimé l'ancien joueur. De toujours vouloir plus et trouver quelque chose qui soit beaucoup plus équilibré. Et évidemment, la Super Ligue qui arrive vient casser un système qui était déjà excessif parce que cette formule de Ligue des champions évolue quasiment chaque année."

"Il y a un combat qu'il faut comprendre, c'est qu'il y a une bagarre entre les clubs et l'UEFA pour avoir plus d'argent, pour récupérer plus d'argent. Et c'est pour ça qu'il y a eu un peu cette scission."

Bixente Lizarazu

à franceinfo

"Ce qui est très, très choquant avec cette Super Ligue, c'est que c'est une ligue fermée, donc il n'y a plus le mérite sportif, regrette Bixente Lizarazu. Donc ça veut dire que les petits n'ont plus la chance d'accéder à ça. Moi, je trouve ça important de laisser la chance à tout le monde."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.