Football : à Lens, de l’ambiance même pour les malentendants !

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Le Racing Club de Lens a mis en place un système d’audiodescription pour les malvoyants et les non-voyants. Ce n’est pas une première en France.
8H : Football : à Lens, de l’ambiance même pour les malentendants ! Le Racing Club de Lens a mis en place un système d’audiodescription pour les malvoyants et les non-voyants. Ce n’est pas une première en France. (France 2)
Article rédigé par France 2 - S. Ollivier
France Télévisions
France 2
Le Racing Club de Lens a mis en place un système d’audiodescription pour les malvoyants et les non-voyants. Ce n’est pas une première en France.

Au Racing Club de Lens, on a un credo : le football c’est pour tous, y compris ceux qui voient mal ou ceux qui ne voient pas du tout. Le club a mis en place un système d’audiodescriptions pour les malvoyants et les non-voyants. C’est un principe très simple : quand vous achetez votre place pour le match, vous faites savoir que vous souffrez de troubles visuels et, le jour du match, vous retirez une petite radio, votre casque, et vous avez le commentaire, avec des commentateurs qui sont au stade et qui vous font vivre ce match comme tous les autres supporters.

"L’audiodescription me permet de venir au stade et d’être dans l’ambiance"

Le commentaire dispose d’un vocabulaire particulier, aussi : on parle de zones. Il est également ultra descriptif pour retranscrire le plus précisément possible ce qu’il ce passe. Les premiers retours à Lens sont très bons : ils sont une dizaine à chaque match à profiter de ce système totalement gratuit. C’est à partir de l’Euro 2016 que cela a commencé à se démocratiser. Cela existe au Stade de Reims, au LOSC (Lille), à l’Olympique Lyonnais, ou au Football Club de Metz. "La plupart du temps j’écoutais la radio, mais je ne venais pas au stade. L’audiodescription me permet de venir au stade et d’être dans l’ambiance", confie un homme bénéficiaire du dispositif.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.