VIDEO. Michel Platini raille le PSG version Qatar : "Ça pourrait s'appeler Coca-Cola ou autre chose..."

L'ancien président de l'UEFA défend le fair-play financier et défend "une philosophie du football" où la richesse ne fait pas tout.

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Michel Platini fait un constat amer, mercredi 6 novembre sur franceinfo : aujourd'hui, dans le football européen, "tout est basé sur la richesse". "Aujourd'hui, vous achetez tous les meilleurs joueurs et vous gagnez."

>> Sa suspension par la Fifa, la Coupe du monde au Qatar, son retour dans le foot... le "8h30 franceinfo" de Michel Platini

Et Michel Platini prend pour exemple le Paris-Saint-Germain qui, même s'il n'a pas encore remporté de titre européen, profite des moyens financiers du fonds souverain du Qatar pour dominer le Championnat de France. "Le président est qatari, le directeur brésilien, l'entraîneur est allemand, et il y a un Français dans l'équipe... Pourquoi ça s'appelle le Paris Saint-Germain ? s'interroge Michel Platini. Parce qu'il y a 40 000 personnes, il y a une grande population qui aime ce club ? D'accord. Mais bon, ça pourrait s'appeler Coca-Cola ou autre chose. Pourquoi ça s'appelle le Paris Saint-Germain ?"

Michel Platini n'est pas particulièrement pour le rétablissement des quotas de joueurs étrangers dans le football européen, mais il regrette l'époque d'avant l'arrêt Bosman, quand les clubs ne comptaient que "deux joueurs, trois joueurs, quatre joueurs étrangers". "Si on pouvait étaler toutes les valeurs de tous les joueurs dans beaucoup plus d'équipes, ça serait beaucoup plus facile", estime-t-il.

"L'argent tue une philosophie du football, mais pas le football"

Quand il était président de l'UEFA, Michel Platini a imposé en mai 2010 le fair-play financier, qui vise à maintenir l'équilibre compétitif entre clubs, en les contraignant à ne pas dépenser plus qu'ils ne gagnent, au risque d'être sanctionnés financièrement, voire d'être privés de Coupe d'Europe. C'est ce principe du fair-play financier qui avait motivé l'ouverture d'une procédure de contrôle par l'UEFA, en septembre 2017, après les acquisitions par le PSG de Neymar et Kylian Mbappé.

L'argent serait-il en train de tuer le football ? "Non, pas le football, nuance Michel Platini. Il tue une philosophie du football, mais pas le football. Le football n'a jamais été aussi beau qu'en ce moment. Les 100 meilleurs joueurs sont dans les huit meilleurs clubs du monde. Le football aujourd'hui, vous regardez la Coupe d'Europe, c'est magnifique."

Michel Platini, le 8 novembre 2019.
Michel Platini, le 8 novembre 2019. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)