PSG-Real Madrid : comme il y a 25 ans, "le Paris-Saint-Germain ne pourra gagner qu'avec le collectif", affirme David Ginola

L'ancien foobtalleur parisien David Ginola et héros du match PSG-Real de 1993 a estimé mardi sur franceinfo que le club de la capitale "va se dépasser et faire le nécessaire pour se qualifier" face aux Madrilène en huitième de finale retour de la Ligue des champions.

L\'ancien footballeur David Ginola au Parc des Princes à Paris, le 2 avril 2014.
L'ancien footballeur David Ginola au Parc des Princes à Paris, le 2 avril 2014. (AFP)

David Ginola avait marqué l'un des quatre buts légendaires du PSG contre le Real Madrid en 1993. Époque différente, mais contexte quasiment similaire mardi 6 mars (20h45) en huitième de finale retour de la Ligue des champions. L'ancien footballeur a estimé sur franceinfo que "le PSG ne pourra gagner qu'avec le collectif" comme "il y a 25 ans." Les joueurs du Paris-Saint-Germain avaient miraculeusement renversé la vapeur entre les matchs aller et retour pour se qualifier pour la demi-finale la Coupe de l'UEFA. L'actuel Paris-Saint-Germain devra réitérer une remontada contre le Real pour se qualifier pour les quarts après que les Madrilènes se sont imposés 3-1 au match aller.

franceinfo : Vous pensez qu'on peut croire à une victoire du PSG ?

David Ginola : Bien évidemment ça reste un match de football ! Il faut que les Parisiens mettent 2 buts et qu'ils n'en encaissent aucun. Après c'est une volonté commune [...] ce qui reste de très important c'est le collectif. À l'aller on avait parlé d'un duel Neymar-Ronaldo, on s'était focalisés là-dessus, je pense qu'aujourd'hui le fait que Neymar ne soit pas là, cela va être un PSG en équipe, qui va se dépasser et faire le nécessaire pour battre cette équipe du Real et se qualifier. Ce n'est pas gagné parce que l'équipe du Real Madrid a de l'expérience, de la maturité. Après, tout peut arriver. On peut avoir une désillusion, il ne faut pas être trop optimiste non plus parce que l'équipe du Real est très forte, même si cette année en championnat ce n'est pas une équipe qui domine. On est quand même sur une configuration qui est compliquée, il faut rester réaliste.

Quel était l'état d'esprit d'avant-match en 1993 ?

L'état d'esprit est primordial ce soir dans la préparation. Les joueurs savent exactement ce qu'il faut qu'ils fassent. Je pense qu'il va falloir que tous ils élèvent leur niveau de jeu. Il y a cette absence de Neymar et ça me fait penser au match à Chelsea il n'y a pas si longtemps (en mars 2016), une qualification du PSG, une expulsion de Zlatan Ibrahimovic au bout de 20 minutes, et une équipe du PSG qui se transcende à dix. J'espère que l'absence de Neymar va faire prendre conscience à tous les joueurs que même si le joueur phare de l'équipe est absent, ils vont avoir à coeur de montrer qu'ils sont à la hauteur de l'évènement, des attentes et des responsabilités, à la fois face au club et face aux supporters.

Ce serait donc l'occasion de voir si, sans Neymar, le PSG est vraiment un collectif, une équipe ?

Le PSG ne pourra gagner qu'avec le collectif. Nous, il y a 25 ans nous avons gagné avec le collectif. Chacun a amené sa pierre à l'édifice, chacun a contribué à sa manière à ce que ce soit un succès. Il n'y a pas eu que Weah, Ginola, ou Kombouaré, c'est toute une résultante d'un travail collectif. Ce que l'on va attendre du PSG, c'est de prendre dès la première minute le match à bras- le-corps, de marquer rapidement pour faire douter le Real. Parce que si le PSG venait à marquer très rapidement dans ce match, on se retrouverait dans une configuration où le Real Madrid se dirait, si on prend un deuxième but pour nous c'est terminé. Ça va peut-être changer beaucoup de choses.