Petits poucets en quête d'exploits, cadors en potentiel danger, suprématie régionale... Pourquoi il ne faut pas rater la Coupe de France ce week-end ?

Les 32es de finale de Coupe de France marquent l'entrée en lice des clubs de Ligue 1. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le Rennais Nayef Aguerd opposé au Lorientais Armand Lauriente lors d'un duel entre les deux clubs en Ligue 1, le 28 novembre au Stade du Moustoir.  (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)

Etalés sur trois jours, ces 32e de finale de Coupe de France ne proposent pas à proprement parler de choc mais certaines affiches vaudront forcément le coup d'oeil, sans compter qu'une performance d'un des trois petites poucets de la compétition (Montauban FC TG, AS Panazol et JS Chemin Bas d’Avignon) est toujours possible. Ces trois clubs, qui évoluent au 7e niveau de l'échelon national, miseront plus que tout autre sur la fameuse "magie de la Coupe de France". Cette dernière en a plus que jamais besoin après les nouveaux incidents intervenus vendredi lors du match Paris FC-Olympique Lyonnais. 

Rennes-Lorient (samedi, 21h) : les Merlus veulent souffler sur la Breizh

Suprématie bretonne en jeu au Roazhon Park samedi pour le seul affrontement entre clubs de l'élite. Sur un match, tout reste jouable. En revanche, sur la durée d'une saison de Ligue 1, les Rennais ont clairement pris une longueur d'avance. A l'issue d'un automne mené tambour battant, les Rouge et Noir sont sur le podium du championnat et qualifiés pour les 8es de finale de Ligue Europa Conférence. En face, après un bon début de saison, Lorient reste sur 11 matchs sans victoire et sept défaites d'affilée. Et vient de replonger dans la zone rouge, 19e à égalité de points avec Metz.

Il en faudrait plus à Bruno Genesio pour commettre l'erreur de prendre ce match à la légère. L'entraîneur des Rouge et Noir prévient : "ils sont dans une série négative, mais c'est une autre compétition. Pour eux, c'est une manière de s'en sortir". Une déclaration corroborée à demi-mots par son homologue chez les Merlus. "Qu'est ce qu'on risque?", fait valoir Christophe Pélissier. "C'est la Coupe, à nous de l'aborder avec l'idée du petit, mais on a aussi nos arguments à faire valoir. Si on y va dans la peau de la victime, ce n'est pas la peine".

Lyon - La Duchère-Saint-Etienne (dimanche 13h45) : Dupraz en territoire hostile 

Bien sûr ce n'est pas le Derby habituel entre l'OL et les Verts. Mais l'antagonisme entre les deux villes est tel que les amateurs lyonnais auront forcément à coeur de rendre fiers leurs homologues professionnels. D'autant que s'il y a bien une équipe qui doute en ce moment c'est bien Saint-Etienne. Les Verts ont vécu une première partie de saison cauchemardesque et ce voyage chez le voisin honni, quand bien même il n'évolue qu'en National 2, a tout du traquenard. Pascal Dupraz, secouriste en chef nommé à la place de Claude Puel, démis de ses fonctions, saura-t-il apporter les premiers soins pour son baptême sur le banc de l'ASSE ?

> Une rencontre à suivre sur France 3 Régions

Red Star-AS Monaco (dimanche, 13h45) : Saint-Ouen pour renouer avec son passé

C'est l'un des matchs les plus attendus de ces 32es de finale. Non que l'équipe audonienne représente une menace extrême, sur le papier, pour les Monégasques mais parce que le club de Saint-Ouen est un nom qui a compté dans le paysage du foot français. À défaut de peser sportivement de nos jours, le Red Star a pour lui son passé (5 victoires en Coupe de France) et surtout le formidable soutien de son bouillant public de son Stade Bauer, toujours en phase d'agrandissement. Comme depuis le début de la saison, les Franciliens évolueront devant des tribunes à guichet fermées et des supporters qui croient dur comme fer à l'exploit. 

> Une rencontre à suivre sur France 3 Régions

OM-Le Cannet-Rocheville (dimanche, 13h45) et Feignies-Aulnoye-PSG (dimanche, 21h10) : Marseille et Paris à l'abri ?

Sauf énorme séisme, les deux clubs ne risquent pas grand chose face à des adversaires évoluant en National 3. Le Paris Saint-Germain, tenant du titre et club le plus sacré de la compétition (14 trophées), aura l'honneur de boucler le week-end avec la réception des amateurs de Feignies-Aulnoye. Le club nordiste, qui recevra les stars parisiennes à Valenciennes, a vendu toutes ses places en moins de deux heures vendredi, certains supporters s'étant massés dès 4h00 du matin avant l'ouverture de la billetterie réservée à la ville de Feignies.

Pour autant, pas sûr que ces derniers aient le loisir de voir Messi ou Mbappé sur le terrain, Mauricio Pochettino préférant sûrement préserver ses cadres à trois jours de la dernière journée avant la trêve hivernale. Même constat pour l'Olympique de Marseille. Opposé au Cannet-Rocheville (N3), le club phocéen ne craindra pas de périlleux déplacement : le match a été programmé au stade Vélodrome, dimanche, faute de stade déniché par le club de 5e division, dont l'enceinte n'était pas homologuée pour la rencontre.

> Une rencontre à suivre sur France3 Régions

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers PSG

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.