Ligue des champions : Paris domine Liverpool (2-1) et prend une sérieuse option sur les huitièmes de finale

Un match nul face à Belgrade lors du dernier match de poule, le 11 décembre, pourrait suffire aux Parisiens pour se qualifier.

Kylian Mbappé, Juan Bernat et Neymar fêtent l\'ouverture du score du PSG face à Liverpool, le 28 novembre 2018, à Paris.
Kylian Mbappé, Juan Bernat et Neymar fêtent l'ouverture du score du PSG face à Liverpool, le 28 novembre 2018, à Paris. (FRANCK FIFE / AFP)

Ils ont tenu bon. Malgré une fin de match stressante, les Parisiens se sont logiquement imposés face à Liverpool (2-1), grâce à des buts de Juan Bernat et de Neymar, mercredi 28 novembre, lors de leur avant-dernier match de poule de la Ligue des champions. Le PSG, deuxième de son groupe, a désormais toutes les cartes en mains pour se qualifier en huitièmes de finale. Un simple nul face à Belgrade, le 11 décembre, pourrait suffire pour continuer l'aventure. Voilà les points saillants de la rencontre.

Une première mi-temps de très haut niveau

Le PSG a idéalement entamé la rencontre avec 45 minutes de très haut niveau où on n'a pas reconnu la virevoltante équipe de Liverpool et son style caractéristique de contres rapides. Pour autant, il serait un peu présomptueux de parler de match référence pour les Parisiens. Certes, ils ont bien contenu Liverpool en seconde période, mais ont renoncé à construire leurs actions et se sont bien souvent bornés à balancer les ballons. Seule la première période a montré que Paris avait la qualité pour résister à un grand d'Europe. Un peu comme contre Naples lors du match précédent. Le PSG a encore à réaliser un match convaincant sur 90 minutes. 

Thiago Silva, capitaine XXL

On l'a souvent moqué pour sa propension à craquer lors des grands évènements. Certes, quelques larmes ont coulé sur ses joues, mais uniquement lors de l'interview d'après-match. Car le défenseur central a été sur tous les ballons chauds, et n'a pas commis les erreurs de relance de son partenaire Presnel Kimpembe. Si Liverpool n'a cadré qu'un seul tir cadré (le penalty transformé par Milner), c'est grâce à sa défense très solide qu'il le doit. "On va dire que Thiago n’est pas prêt, que Thiago ne supporte pas la pression. Mais ce n’est pas vrai. Ce soir, je suis heureux de rentrer et de dire à mes fils, on a gagné", a-t-il lâché sur RMC Sport.

Liverpool un cran au-dessous de l'an dernier

Le Liverpool de Jürgen Klopp n'avait pas tout à fait le visage d'un vice-champion d'Europe au Parc des Princes. Les supersoniques attaquants des Reds – mis à part Sadio Mané, toujours au niveau – ont perdu de leur superbe : Mohamed Salah a peiné à frapper au but sans être contré, quand Roberto Firmino s'est montré transparent jusqu'à son remplacement. L'équipe continue d'être solide, notamment en Premier League, mais peine au niveau européen, notamment à l'extérieur (défaites à Naples, à Belgrade et à Paris). Un petit bémol sur la prestation des Parisiens.