Football : plusieurs prétendants européens et saoudiens pour Mbappé, dont une "offre record" de 300 millions d'euros

La situation de Kylian Mbappé, en fin de contrat dans un an au Paris Saint-Germain et qui ne souhaite pas prolonger dans la capitale, attire plusieurs clubs, avec des montants "record" d'indemnités de transfert proposés au PSG.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Kylian Mbappé a été écarté de la tournée du PSG au Japon. (IBRAHIM EZZAT / NURPHOTO)

Plusieurs clubs de football européens et saoudiens ont exprimé leur intérêt pour Kylian Mbappé, en conflit avec le PSG, a appris la direction des Sports de Radio France auprès de l'entourage du club ce lundi.

PSG : Kylian Mbappé "est à vendre dès à présent", des discussions avec des clubs débuteront le 1er août

Parmi ces clubs qui ont sondé le Paris Saint-Germain figurent notamment Chelsea, Manchester United, le FC Barcelone ou encore l'Inter Milan. Plusieurs équipes saoudiennes se sont aussi positionnées. La formation d'Al-Hilal a notamment été autorisée à "discuter" avec le clan Mbappé, précise cette source à Radio France, et propose une indemnité "record" de 300 millions d'euros. 

Le PSG devra attendre le 31 juillet pour négocier avec les clubs intéressés

Kylian Mbappé est lié avec le PSG jusqu'en juin 2024, mais il refuse de prolonger son bail au-delà de cette date. Or, le club de la capitale veut que sa star étende son contrat ou soit vendue dès cet été. En effet, dans un an, l'attaquant pourra partir librement, sans que le club ne touche d'indemnités de transfert, ce qui représenterait un manque à gagner considérable pour les champions de France, qui avaient déboursé 180 millions d'euros pour le racheter à Monaco en août 2017 (prêt avec option d'achat).

Le Paris Saint-Germain devra attendre de son côté le 31 juillet pour entamer des discussions et négocier avec les clubs, une fois que l'option d'une année supplémentaire de contrat ne pourra plus être actionnée par le joueur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.