Foot : l'UEFA ne sanctionne pas le PSG, qui était soupçonné d'infraction au fair-play financier

Les sommes pharaoniques dépensées pour acquérir Neymar et Kylian Mbappé l'année dernière étaient au centre de l'enquête de l'instance européenne du football. 

Kylian Mbappé, lors du match du PSG face à Lille, le 9 décembre 2017 au Parc des Princes à Paris.
Kylian Mbappé, lors du match du PSG face à Lille, le 9 décembre 2017 au Parc des Princes à Paris. (FRANCK FIFE / AFP)

C'est une surprise. L'UEFA ne sanctionne finalement pas le PSG, qui était soupçonné d'infraction aux règles du fair-play financier, a annoncé mercredi 13 juin l'instance qui régule le football européen. Une enquête avait été lancée à l'automne dernier concernant les importantes dépenses du club de football parisien sur le marché estival des transferts : plus de 400 millions d'euros pour faire signer le Français Kylian Mbappé et le Brésilien Neymar.

Le fair play financier a été mis en place au début des années 2010 par l'UEFA pour éviter que les clubs de foot engagés dans ses compétitions (Ligue des champions, Ligue Europa) ne dépensent plus qu'ils ne gagnent par leurs propres moyens, ni n'affichent un déficit supérieur à 30 millions d'euros cumulé sur trois exercices. Ce, même si son propriétaire est immensément riche.

Le club devra tout de même vendre

Le PSG n'a pas été sanctionné, mais il reste sous pression : l'UEFA précise que sa commission de contrôle financier des clubs n'a analysé que les années comptables 2015, 2016 et 2017. "L'impact financier des activités de transfert depuis l'été 2017 et au delà, y compris la prochaine fenêtre (de l'été 2018), et sa conformité avec les exigences pour l'année 2018 vont rester sous étroite surveillance", précise le communiqué.

Paris devra donc toujours vendre des joueurs d'ici au 30 juin pour compenser les fortes dépenses de l'été précédent : selon L'Equipe, il devra encaisser 60 millions d'euros, tout en parvenant à se renforcer.