Demi-finale de Ligue des champions : entre le PSG et Leipzig, le vainqueur sera celui "qui ne va pas faire d'erreur", estime Fabien Barthez

Le vainqueur du match, "ce n'est pas tellement celui qui va le mieux jouer", juge sur franceinfo l'ancien gardien de but Fabien Barthez, avant la demi-finale de Ligue des champions qui oppose le PSG à Leipzig à 21h.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les joueurs du PSG quittent leur hôtel pour participer à leur entraînement avant le match contre Leipzig, lundi 17 août 2020 à Lisbonne. (FRANCK FIFE / AFP)

"Je pense que ça va être un match plaisant", s'est rejoui sur franceinfo mardi 18 août l'ancien gardien de l'équipe de France de football Fabien Barthez, avant la demi-finale de Ligue des champions entre le PSG et Leipzig à Lisbonne. Difficile pour lui d'imaginer l'issue de la rencontre, "avec les derniers mois qui viennent de se passer". "Tout le monde a eu une préparation différente, ça se passe sur un match, il n'y a plus d'aller-retour", poursuit l'ancien gardien. "Donc ça va rester sur le détail, comme on dit. Ce n'est pas tellement celui qui va le mieux jouer, c'est surtout celui qui ne va pas faire d'erreur."

"Tout va bien se passer"

Selon Fabien Barthez, il va falloir "se concentrer, tout mettre en avant pour mettre le gardien dans les meilleures dispositions", alors que le titulaire à ce poste, le Costaricain Keylor Navas, qui a déjà remporté trois fois la Ligue des champions avec le Real Madrid, a dû déclarer forfait pour ce match en raison d'une blessure. C'est l'Espagnol Sergio Rico qui le remplace. "Ce gardien a une chance fantastique de pouvoir jouer une demi-finale de Ligue des champions", explique Fabien Barthez. "Avant tout, il faut qu'il s'éclate et qu'il reste lui-même, ne pas en faire trop ou vouloir 'montrer que'. Après, l'équipe c'est 22 joueurs. Il faut que tout le monde soit dispo et soit prêt. Je veux surtout rassurer tout le monde, rassurer Rico. Tout va bien se passer."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.