Cet article date de plus de six ans.

Prison avec sursis pour des violences en marge de Bastia-OM

Quatre hommes interpellés pour avoir participé aux violences contre des forces de l'ordre en marge du match de Ligue 1 Bastia-OM le 9 août dernier ont été condamnés pour coups et blessures.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Selon le gouvernement, 44 policiers et gendarmes avaient été blessés © MAXPPP)

 Quatre hommes ont été condamnés ce mardi à des peines allant de six à huit mois de prison avec sursis par le tribunal correctionel de Bastia, pour avoir participé le 9 août à des violences en marge du match de Ligue 1 qui opposait Bastia à l'Olympique de Marseille. Les poursuites contre un cinquième prévenu, interpellé lundi avec les quatre autres, ont été abandonnées.

Âgés de 20 à 39 ans, les prévenus ont été condamnés pour coups et interdits de stade pendant un an. Le procureur avait requis des peines de six mois avec sursis à six mois fermes, estimant que les hommes s'étaient livrés à des actes de hooliganisme, en lançant des pierres sur des policiers et des gendarmes devant le stade Armand-Cesari, près de Bastia.

Le gouvernement évoque 44 policiers blessés

Leurs avocats avaient en revanche plaidé la relaxe, ou des peines minorées, estimant notamment que le tribunal n'avait pas "à répondre aux injonctions du gouvernement ". Après l'incident, Bernard Cazeneuve et Najat Valaud-Belkacem, ministres de l'Intérieur et des Sports, avaient demandé une grande fermeté.

Selon un décompte publié dans un communiqué gouvernemental, 44 policiers et gendarmes avaient été blessés par des jets de projectiles et des pétards agricoles ce soir-là. De source policière, seuls huit d'entre eux avaient en fait dû être admis à l'hôpital pour des acouphènes liés à ces pétards.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.