Cet article date de plus de six ans.

Arsenal et Giroud ne s’arrêtent plus

Portés par un Olivier Giroud titulaire et à nouveau buteur, les Gunners sont venus à bout d’Everton (2-1) et prennent provisoirement les commandes de la Premier League, en attendant le derby de Manchester entre City et United. Laurent Koscielny a également marqué. Seule ombre au tableau pour l’équipe d’Arsène Wenger : sa défense, imperméable depuis un mois, a cédé une fois.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Olivier Giroud, l'attaquant d'Arsenal, buteur face à Everton. (JUSTIN TALLIS / AFP)

A croire que la concurrence lui fait du bien. Peu à peu, match après match, Olivier Giroud regagne la confiance d’Arsène Wenger. Samedi, le Français a débuté à la place de Theo Walcott. Riche idée : face à Everton, l’ancien Montpelliérain a marqué, sur une ouverture lumineuse de Mesut Özil (1-0, 37e).

Mine de rien, Giroud vient d’inscrire son 3e but en autant de matches avec Arsenal. Il avait déjà claqué à Watford (0-3) puis contre le Bayern, en Ligue des champions (2-0). Dans son sillage, les Gunners surfent sur un mois d’octobre revigorant : 4 matches, 4 victoires et, en attendant le choc mancunien de dimanche entre City et United, un fauteuil de leader, avec une longueur d’avance sur les Skyblues.

Giroud n’a pas été le seul "Frenchy" à s’illustrer samedi. Dans la minute suivante, Laurent Koscielny a coupé un centre de Santi Cazorla (2-0, 38e). Arsenal se pensait dès lors à l’abri. Mais sa défense, imperméable depuis un mois, a cédé juste avant la pause, sur un contre éclair conclu par Ross Barkley (2-1, 44e). Les Gunners ont donc remis un coup d’accélérateur en seconde période. Mais Giroud a trouvé la transversale de Tim Howard (69e). Et les Toffees ont raté un cheveu l’égalisation, lorsque la tête plongeante de Brendan Galloway a frôlé la cage de Petr Cech (74e). Il en fallait plus pour faire chuter l’équipe d’Arsène Wenger.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Premier League

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.