Cet article date de plus d'onze ans.

Pourquoi la France va forcément battre l'Espagne

Les Bleus sont loin d'être favoris face aux tenants du titre et champions du monde, mais à FTVi on y croit dur comme fer, et on vous dit pourquoi.

Article rédigé par Simon Gourmellet
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Un supporter qui voit la vie en bleu blanc rouge, le 11 juin 2012, lors du match France-Angleterre à Donetsk (Ukraine). (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)

Nous sommes peu à y croire, à avoir la foi. Mais qu'importe ! Oui, l'équipe de France va battre l'Espagne samedi 23 juin. Il y a des raisons d'espérer, et les voici.

Parce que l'Espagne ne gagne jamais contre la France en compétition officielle. C'est comme ça ! Seules les deux dernières rencontres amicales de 2008 (1-0) et 2010 (2-0) ont vu la Roja s’imposer. Avant cela, les Espagnols ont toujours, ou presque (5 défaites pour un nul), mordu la poussière contre les Bleus, en championnat d’Europe comme en coupe du Monde. On se souvient du but de Michel Platini en finale de l'Euro 1984 et de la boulette du gardien Arconada, ou de la superbe volée de Jean-Pierre Papin en 1991.

Mais de toutes ces occasions ratées face aux Français, la plus cuisante restera sans doute celle en huitième de finale du Mondial 2006 en Allemagne. La jeune et sémillante Espagne, péchant par orgueil comme le rapportait à l'époque 20 minutes, avait cédé face aux "vieux" Bleus guidés par Zinedine Zidane et Patrick Viera. Un match resté dans les mémoires et qui avait alors lancé le jeune Franck Ribéry. Preuve que cette défaite les a marqués, les Espagnols se méfient, comme l'explique l'Equipe.

Parce que Benzema va exploser. Comment l'un des attaquants stars de cet Euro pourrait rentrer au pays sans marquer le moindre but ? Face à des joueurs qu'il connaît par cœur et qu'il affronte tous les week-ends en championnat espagnol, Karim Benzema est l'attaquant de la situation. Comme le note l'Equipe dans son édition du 22 juin, s'il ouvre son compteur face à l'Espagne, permettant à la France de gagner, il pourrait suivre les pas d'un certain Zinedine Zidane en 1998. Ce dernier avait véritablement commencé la compétition en quart de finale face à l'Italie, le pays où il évoluait à l'époque. On connaît la suite...

Parce que Cabaye revient. Blessé à la cuisse, il devrait faire son retour pour ce match et ça va faire du bien. Son absence a été remarquée lors de la défaite face à la Suède. Le milieu de terrain de Newcastle (Angleterre) est actuellement en pleine confiance après son but face à l'Ukraine (2-0) et sait que Laurent Blanc a fait de lui son taulier à la récupération du ballon. Le sélectionneur vante d'ailleurs régulièrement son "intelligence", comme le rapporte le JDD. Même l'un des meilleurs milieux de terrain du monde, Andrès Iniesta (un espagnol justement), a été impressionné par ses performances, comme le rapporte le quotidien espagnol El Mundo Deportivo (article en espagnol) : "Honnêtement, je connais presque tous les joueurs de l’Euro. Ils ne m’ont pas surpris et je savais qu’ils étaient très bons. Mais j’ai aussi vu Yohan Cabaye qui s’est mis en évidence avec la France."

Yohan Cabaye a inscrit le 15 juin 2012 face à l'Ukraine son premier but en bleu. (CHARLES PLATIAU / REUTERS)
Parce que, quand la France est donnée perdante, elle gagne. Ce n'est pas une règle officielle et forcément fiable, mais elle existe. Les Français ont l'esprit de contradiction et savent se transcender dans les grands évènements. Les exemples ne manquent pas : en football avec les clubs français, comme lors de la victoire des Girondins de Bordeaux face au grand Milan AC en 1996 ou du PSG face au FC Barcelone en 1995, mais également en rugby avec les exploits du XV de France face aux terribles All Blacks en 1999 et 2007. A chaque fois, les Bleus sont donnés perdants, et pourtant ils se métamorphosent pour inverser la vapeur.


Parce que la France va gagner 2 -1 (selon des pronostics économiques). L'Expansion a passé au crible les deux pays selon des critères bien éloignés de la pelouse : la croissance économique, le chômage et la dette. Résultat : la France domine l'Espagne. Le pays est en crise, certes, mais tout de même !

Vous n'êtes pas d'accord avec cette analyse ? Pas de problème : en bons hypocrites, nous publions un article expliquant pourquoi l'Espagne va battre la France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.