Cet article date de plus de six ans.

Pelé et ses médecins se veulent rassurants

Après une inquiétante alerte suscitée par son transfert en soins intensifs, la légende brésilienne Pelé et ses médecins ont rassuré vendredi sur l'évolution de son état de santé. L'hôpital Albert-Einstein de Sao Paulo évoque "une amélioration" et le joueur a lui-même indiqué sur Twitter qu'il allait bien.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Hospitalisé depuis lundi à la suite d'une infection urinaire, Pelé avait vu son état de santé se dégrader jeudi, la clinique évoquant "un état clinique instable" pour justifier son transfert dans un service "spécialisé" pour y "recevoir de meilleurs soins". 

Ce vendredi, les médecins se sont montrés beaucoup plus optimistes : "(Il) présente une amélioration de sa condition clinique", indiquent-ils dans un communiqué, précisant toutefois qu'il "va continuer à recevoir des soins dans l'unité de soins intensifs". 

Pelé contredit le communiqué médical

Pelé a lui-même tenu à donner de ses nouvelles, et s'est exprimé sur son compte Twitter, assurant qu'il allait "bien" : "Grâce à Dieu, ce n'est rien de grave", assure-t-il. "Je suis heureux de recevoir votre amour et votre soutien". Plus étonnant, il a nié se trouver dans une unité de soins intensifs, allant ainsi à l'encontre du communiqué médical. "J'ai été tout simplement relogé dans une chambre spéciale au sein de l'hôpital, uniquement pour des raisons liées à l'intimité", explique-t-il. 

Celui qui est souvent considéré comme le meilleur joueur de foot de tous les temps (1281 buts en 1363 matches) a également demandé à pouvoir poursuivre son traitement "en paix", appuyant ainsi les propos de son agent, Jose Fornos, qui avait déclaré que l'ancien joueur était "fatigué" en raison du trop grand nombre de visites. "Pelé continue de recevoir ce traitement qui peut durer huit jours. Grâce à Dieu, il est conscient et peut bavarder", précise-t-il. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pelé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.