Ligue 1 : Dimitri Payet, illustration d'une équipe de l'OM encore en chantier avant les retrouvailles avec le FC Nantes

Le dernier match, dimanche à Brest, a confirmé que l’OM avait encore du travail pour être à la hauteur des attentes. A l’image de Dimitri Payet, le capitaine et leader d’attaque marseillais, ancien du FC Nantes, qui doit se contenter d’une place de remplaçant en ce début de saison. 

Article rédigé par
Thomas Lavaud - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La saison dernière, Dimitri Payet était un maillon essentiel dans le dispositif de son entraîneur Jorge Sampaoli (PASCAL GUYOT / AFP)

Ce samedi 20 août, l’OM accueille Nantes dès 21 heures, à l'occasion de la 3e journée de Ligue 1. Face à une équipe qui reste sur deux nuls, et alors que les Marseillais ont traversé les deux premières journées en grappillant une victoire et un nul, une question se pose : l'entraîneur croate Igor Tudor va-t-il donner plus de temps de jeu à Dimitri Payet ?

Car face à Reims, le joueur n'avait eu droit qu'à 13 petites minutes… À peine plus, 21 minutes, à Brest … C’était inattendu. Quand on le lui fait remarquer, Igor Tudor répond qu'"il y a d’autres joueurs importants sur le banc", une abondance qui fait de lui un entraîneur heureux. 

Autrefois incontournable, et même international, Dimitri Payet n'est donc plus qu'un joueur parmi d'autres, aux yeux de son entraîneur : "Devant il n’y a pas de numéro 1, 2 ou 3. Ca dépend du match, de qui est en mesure de mériter le poste. On a beaucoup de joueurs : 6 ou 7 pour 3 postes. Mais ce sera évalué au cas par cas. Au match, le match. Jouera-t-on avec un attaquant et deux milieux ?  Avec trois attaquants ? Ça se décide avant ou pendant les matchs aussi."

"Dimitri est toujours aussi impliqué dans la vie du groupe"

Quoi qu'il en soit, Dimitri Payet reste un joueur important pour l'Olympique de Marseille. Son coéquipier Valentin Rongier l'assure, le Réunionnais ne s'est pas démobilisé : "Dimitri est toujours aussi impliqué dans la vie du groupe. Je sais que ça ne lui plait pas d'être sur le banc... Il fait ce qu'il faut pour revenir."

Coupe du Monde oblige, le calendrier est chargé en ce début de saison : l’OM doit encore jouer trois matchs avant la fin du mois. Payet aura donc sans doute sa chance, lui qui peut évoluer à tous les postes sur le front de l'attaque. D’autant qu’aucun des attaquants alignés jusque-là par Tudor n’a démontré qu’il est irremplaçable. Cette semaine, le club a même ouvert la porte à un départ du Polonais Arkadiusz Milik.

Une autre question demeure : Tudor a-t-il un problème d'ordre personnel avec son joueur ? Avant la première journée, une réunion provoquée par certains joueurs s’était tenue pour évoquer le management du Croate, désireux de marquer son territoire. Dimitri Payet nie en être à l’origine. Mais ceci explique peut-être pourquoi l’un des joueurs favoris du Vélodrome doit pour le moment cirer le banc.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers OM

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.