Départ de Jacques-Henri Eyraud de la présidence de l'OM : "Ce qui prévaut ce soir, c'est du soulagement", réagit un groupe de supporters

Christian Cataldo, président du groupe de supporters Dodger's Marseille se satisfait du départ de Jacques-Henri Eyraud de la présidence du club

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jacques-Henri Eyraud lors du match de Ligue 1 entre le PSG et l'OM le 13 septembre 2020. (FRANCK FIFE / AFP)

"Ce qui prévaut ce soir, c'est du soulagement", a réagi vendredi 26 février sur franceinfo Christian Cataldo, président du groupe de supporters de l'olympique de Marseille Dodger's Marseille, alors que le club a officialisé le départ du président Jacques-Henri Eyraud, en conflit ouvert avec les supporters du club depuis plusieurs mois, remplacé par Pablo Longoria, ainsi que l'arrivée d'un nouvel entraîneur, Jorge Sampaoli.

"Nous sommes soulagés plus qu'heureux. Nous sommes soulagés parce qu'on s'attendait à une lutte longue et difficile. On était déterminé, on était unis, plus que jamais. Nous avions été attaqués comme jamais, menacés comme jamais. Jacques-Henri Eyraud n'a pas mesuré qu'il ne s'est pas attaqué aux groupe de supporters, il ne s'est pas attaqué à une ville, il ne s'est pas attaqué à un club, il s'est attaqué à un peuple. Quand vous avez en face de vous un peuple, c'est dur de résister", a ajouté Christian Cataldo.

"Nous sommes contents que Frank McCourt veuille discuter avec nous, c'est très bien. On n'est pas là pour faire la loi. On nous a mis un couteau sous la gorge, un calibre sur la tempe. On s'est défendu, on était dos au mur, on est obligé de se défendre. C'est bien qu'au bout de 5 ans, ils s'aperçoivent qu'il faut qu'ils discutent avec les gens qui vivent le club au jour le jour, qui sont le club, qui sont à l'intérieur du club."

Le président des Dodger's Marseille a également réagi à l'arrivée de Jorge Sampaoli : "La crainte que j'ai, c'est qu'il n'est jamais resté plus d'un an en club. C'est peut être la crainte que j'ai. De plus, moi, je ne l'aurais pas pris de suite. Je pense que ça aurait été plus crédible de le prendre l'été prochain, avant la prochaine saison parce que là, notre championnat est fini. Nous pouvons peut être faire un petit coup en coupe, mais moi, j'aurais laissé l'équipe qui est là jusqu'à la fin de saison pour préparer le futur avec Sampaoli."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.