Mondial 2014 : l'Ukraine, un bon tirage pour l'équipe de France ?

A première vue, c'est un adversaire abordable pour la bande à Didier Deschamps. 

Le sélectionneur de l\'équipe de France de football, Didier Deschamps (D), et le président de la Fédération française de football, Noël le Graët, à Zürich (Suisse), le 21 octobre 2013.
Le sélectionneur de l'équipe de France de football, Didier Deschamps (D), et le président de la Fédération française de football, Noël le Graët, à Zürich (Suisse), le 21 octobre 2013. (FABRICE COFFRINI / AFP)

La France affrontera l'Ukraine lors des barrages pour la Coupe du monde de football de 2014, qui se tiendra à Rio de Janeiro (Brésil), selon le tirage au sort qui a eu lieu lundi 21 octobre, à Zürich (Suisse). Francetv info vous dit ce qu'il faut en retenir.

L'Ukraine, un adversaire prenable

Les Bleus évitent le pire. L'Ukraine est la seule équipe qu'ils ont battue à l'Euro 2012. Elle affiche un bilan désastreux en barrages (0 sur 4). Méfiance tout de même : les Ukrainiens restent sur huit matchs sans défaite dans leur groupe de qualification, et n'ont plus encaissé de but depuis un an. Tout ça grâce à l'arrivée d'un nouveau sélectionneur. Ils n'ont pas perdu contre l'Angleterre (deux nuls) dans leur poule de qualification. Attention donc à ne pas sous-estimer cette équipe, qui compte d'excellents joueurs comme Konoplyanka ou Yarmolenko et qui, contrairement à l'équipe de France, utilise à merveille les coups de pied arrêtés. 

Ne croyez pas que la France a décroché le jackpot

Les Ukrainiens étaient la tête de série la moins bien classée au classement Fifa, et ne devançaient que d'un petit point l'équipe de France. Reste qu'ils la devançaient quand même. La chance des Bleus, c'est que l'équipe d'Ukraine ne réussit pas bien en barrages. Les joueurs ukrainiens ont été éliminés en barrages par la Grèce en 2009 (0-0, 0-1), en 2001 par l'Allemagne (1-1, 1-4), et par la Croatie en 1999 (0-2, 1-1). Disputer le match retour au Stade de France constitue en ce sens un réel avantage pour les Bleus, qui n'ont jamais perdu face aux Ukrainiens. 

"Ce ne sera pas simple, a reconnu le sélectionneur Didier Deschamps interrogé par L'Equipe 21. Il faut avoir confiance en nous. Mais il faut aussi avoir du respect envers notre adversaire qui jouera sa chance à fond."

Portugal-Suède, le vrai choc des barrages 

Cette double confrontation mettra aux prises deux des plus grands et charismatiques joueurs de la planète foot, Cristiano Ronaldo, joueur vedette du Real Madrid, pour les Lusitaniens, et Zlatan Ibrahimovic, star du Paris SG, pour les Suédois. Les Croates, en pleine crise, héritent d'un tirage chanceux avec l'Islande, inexpérimentée à ce niveau, tandis que Grèce-Roumanie s'annonce rugueux mais défensif. Assez ouvert aussi.