Cet article date de plus de quatre ans.

Mécontente du traitement du club dans la presse locale, la présidence du Tours FC interdit l'accès au stade à deux journalistes

L'un des deux journalistes a été victime d'un malaise. Le syndicat des journalistes sportifs a annoncé qu'il saisirait la FFF et la Ligue professionnelle de football.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un journaliste de la Nouvelle République, Frédéric Launay (en gris), expulsé du stade de la Vallée du Cher par la sécurité du Tours FC, le 29 juillet 2016. (MAXPPP)

La saison du championnat de France de Ligue 2 a à peine commencée, mais la présidence du Tours FC semble déjà sur les dents. Vendredi 29 juillet, elle a refusé l'accès au stade à deux journalistes du quotidien local La Nouvelle République, à l'occasion du premier match de la saison contre l'AC Ajaccio. Une décision qui a provoqué les réactions indignées de nombreux journalistes sportifs.

"Alors que nos deux confrères, Frédéric Launay et Jean-Eric Zadrodsky se sont présentés ce soir à l'entrée du stade de la Vallée du Cher pour faire leur travail de journalistes et rendre compte du match TFC-Ajaccio, ils ont été empêchés d'entrer par le président et ses acolytes", écrit le journal

L'un des deux journalistes, Jean-Eric Zadrodsky, a ensuite fait un malaise et a dû être transporté aux urgences, explique le journal. Sur Twitter, son collègue Frédéric Launay en donnait des nouvelles rassurantes vendredi soir. Ce dernier a finalement pu entrer dans le stade, avant d'en être expulsé par la sécurité à quelques minutes du coup d'envoi.

Le journal dénonce "la théorie du complot" du Tours FC

La rédaction de La Nouvelle République avait déjà été empêchée d'assister à une conférence de presse du club, jeudi. Samedi, le journal explique que "le président Jean-Marc Etorri reproche à Jean-Éric Zabrodsky et à Frédéric Launay en particulier une succession d'articles pendant la saison précédente. Ils montraient sous un jour peu favorable la gestion et le budget du club". Selon La Nouvelle République, "Jean-Marc Etorri s'est persuadé qu'ils visaient la destruction du club (...) s'imbriquant sans doute dans une sorte de théorie de complot".

Vendredi, de nombreux journalistes sportifs ont exprimé sur Twitter leur soutien à leurs deux confrères, et le vice-président de la région Centre-Val de Loire, en charge des sports, a dénoncé "une atteinte à la liberté de la presse". Le syndicat des journalistes sportifs, l'UJSF, a annoncé qu'il saisirait la LFP et la FFF.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.