Ligue des champions : tenu en échec par Ludogorets (2-2), le PSG termine deuxième de son groupe

L'égalisation d'Angel di Maria dans les derniers instants de la partie ne permet pas aux Parisiens de s'emparer de la première place, qui revient à Arsenal. 

L\'attaquant du PSG Hatem Ben Arfa contre Wanderson Cristaldo Farias, l\'attaquant de Ludogorets, à Paris, pour la 6e journée de Ligue des champions, le 6 décembre 2016.
L'attaquant du PSG Hatem Ben Arfa contre Wanderson Cristaldo Farias, l'attaquant de Ludogorets, à Paris, pour la 6e journée de Ligue des champions, le 6 décembre 2016. (MIGUEL MEDINA / AFP)

Coup d'arrêt pour le PSG. Le club de la capitale a fait match nul (2-2) sur sa pelouse du Parc des princes à Paris, mardi 6 décembre, face aux Bulgares de Ludogorets, pour la 6e journée de Ligue des champions, alors qu'Arsenal s'est imposé à Bâle 4-1. Ce n'est donc pas suffisant pour les Parisiens, qui finissent deuxièmes de leur groupe. Que retenir de cette rencontre ? 

Paris n'est pas guéri

Inquiétant à Montpellier la semaine passée en Ligue 1, Paris n'a pas réussi à présenter un visage conquérant en Ligue des champions. Les hommes d'Unaï Emery ont certes dominé (près de 30 tirs au but), manqué de réussite (deux têtes sur le poteau) mais n'ont jamais donné l'impression de maîtriser leur sujet face au petit poucet de la compétition. Les Bulgares ont inscrit deux buts pleins de sang-froid, ont mené des raids dangereux dans la défense parisienne, et ont éteint le Parc des Princes. Ils ont aussi profité de la suffisance parisienne. Le PSG ne s'est vraiment révolté que dans les derniers instants, après l'égalisation de Di Maria. Quand c'était trop tard, en fait. 

Deuxième, une place à risques

Le PSG termine donc second de son groupe, alors que la première place lui tendait les bras. Il fallait simplement battre les Bulgares, sans s'occuper du résultat d'Arsenal à Bâle. Incapable de l'emporter, le club parisien donne l'impression de régresser. L'an passé, il avait terminé deuxième, mais derrière un Real Madrid futur vainqueur. Cette fois, il doit s'incliner devant un club anglais qu'il a dominé dans les grandes largeurs à l'aller comme au retour. "Deuxième, c'est rien, la chose importante, c'est qu'on est qualifiés pour le prochain tour", veut croire Edinson Cavani à chaud sur beIN Sports. Pas sûr que quand le PSG tombera sur Barcelone lors du tirage au sort des huitièmes de finale, il tiendra le même discours. 

Il serait injuste de ne pas parler de la performance des joueurs de Ludogorets, remarquables de bout en bout. Avant le match, l'attaquant Claudiu Keseru disait craindre une réaction d'une équipe parisiennne vexée par son revers à Montpellier. Il n'en a rien été. Au contraire, Edinson Cavani a été contraint de s'abriter derrière l'excuse que l'équipe bulgare était "surmotivée" pour ce match de gala. Ludogorets obtient avec brio la 3e place du groupe, synonyme d'une suite de l'aventure européenne en Ligue Europa. Un sésame amplement mérité.