Ligue des champions : le PSG a craqué et Manchester City en a bien profité

Après une première période très convaincante, les Parisiens ont sombré lors du second acte en concédant deux buts, mercredi soir au Parc des Princes. Ils devront réussir un exploit mardi prochain en Angleterre pour arracher leur place en finale de la C1. 

Article rédigé par
Adrien Hémard - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Riyad Mahrez fête le deuxième but de Manchester City. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Et la lumière s'est éteinte. Auteur d'une première période aboutie, le Paris Saint-Germain a totalement perdu le fil de son match après l'heure de jeu et s'est finalement incliné sur sa pelouse contre Manchester City (1-2), mercredi 28 avril, en demi-finale aller de la Ligue des champions. Un renversement de situation inattendu tant le PSG a affiché un visage de patron après l'ouverture du score de Marquinhos, au terme du premier quart d'heure.

Devant au score à la pause, les Parisiens ont ensuite largement baissé de pied et ils ont été punis par deux fois. D'abord, sur un centre-tir chanceux de Kevin De Bruyne. Puis sur un coup franc de Riyad Mahrez. Les joueurs de Pep Guardiola ont renversé la soirée et plongé Paris dans l'obscurité et le doute avant le match retour, mardi prochain en Angleterre.

Le "Marqui" de Paris détrôné

La soirée a pourtant idéalement commencé au Parc des Princes, avec un scénario bien connu des amateurs de football tricolore : celui d'un défenseur central venu débloquer la situation d'une tête puissante sur corner. Celle de Marquinhos en l'occurrence, qui a jailli au premier poteau, comme Basile Boli en finale de C1 en 1993 ou Samuel Umtiti en demi-finale du Mondial 2018.

Tout sauf un hasard, tant le défenseur brésilien a pris l'habitude de marquer dans les grands rendez-vous parisiens – l'Atalanta et le RB Leipzig, éliminés la saison passée par le PSG, peuvent en témoigner. Un but venu récompenser l'excellente première période parisienne.

Car après avoir subi la loi des Citizens lors des premières minutes, le PSG a dicté la sienne, bien aidé par un milieu Paredes-Gueye de haut vol, qui a permis au trio Verratti-Di Maria-Neymar de rayonner un cran plus haut. C'est d'ailleurs le numéro 10 brésilien du PSG qui s'est montré le plus remuant mais, par deux fois, Ederson a calmé ses ardeurs (2e, 12e).

Véritable métronome d'un collectif parisien qui ne faisait qu'un, Neymar a affiché son meilleur visage dans ce premier acte. Et le PSG aussi. Avec un peu de réussite, les Parisiens auraient même pu rentrer aux vestiaires avec le but du break. Mais ni la tête de Paredes (27e) ni Neymar (33e) ou Mbappé (40e) n'ont trompé Ederson. En face, hormis une énorme occasion pour Phil Foden, seul dans la surface mais écœuré par Navas (41e), Manchester City n'a rien montré. 

Le rêve vire au cauchemar

Le problème, c'est que le PSG a laissé ce costume de patron au vestiaire. D'ici le match retour à l'Etihad Stadium, les Parisiens penseront sans doute longtemps à l'occasion de Marco Verratti, passé à quelques centimètres du deuxième but après un festival de Mbappé (55e). L'une des rares fulgurances du Français, par ailleurs fantomatique.

Car après cela, la soirée a viré au cauchemar pour un PSG soudainement hors de son match, à l'image d'Idrissa Gueye, exclu à la 76e après une faute grossière sur Ilkay Gündogan. Réduits à 10 contre 11, les Parisiens ont alors dû se demander comment ils étaient passés de probables finalistes à possibles éliminés. La réponse est simple : elle se nomme Kevin de Bruyne.

En dehors du naufrage collectif du PSG, le réveil du maestro belge de City a transformé la rencontre. Après une tentative de retourné acrobatique, De Bruyne a fait plus simple pour le but égalisateur : un centre lointain, brossé, qui personne ne touche et qui surprend Navas, battu (1-1, 64e).

Sonné par ce but gag, le PSG n'a jamais trouvé les ressources pour reprendre son destin en main. Pire, les Parisiens ont encaissé un second but, signé du gaucher Riyad Mahrez sur un coup franc à 25 mètres. Sa frappe à mi-hauteur a transpercé le mur parisien, coupable, et surpris une nouvelle fois le gardien parisien (1-2, 71e). En sept minutes, City a réussi le coup parfait. Après l'exclusion de Gueye, la fin de match n'a été qu'un long calvaire pour Paris, qui devra se montrer plus consistant sur la durée à Manchester, pour s'imposer en inscrivant au moins deux buts et tenter d'arracher son billet pour disputer une deuxième finale de Ligue des champions d'affilée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.