Ligue des champions : "Les victimes d'un dispositif défaillant sont d'abord les supporters", déplore le directeur général de Football Supporters Europe

Selon Ronan Evain, les incidents en marge du match samedi soir mettent en lumière un problème ancien de "circulation autour du Stade de France" et un manque, plus récent, de stadiers pour assurer la sécurité.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Un cordon de policiers mis en place devant des supporters de Liverpool après la finale de la Ligue des champions, au Stade de France, samedi 28 mai 2022. (THOMAS COEX / AFP)

Au sujet des incidents qui ont eu lieu en marge de la finale de la Ligue des champions à Paris samedi 28 mai, "les victimes d'un dispositif défaillant étaient d'abord les supporters", dénonce dimanche sur franceinfo Ronan Evain, directeur général de Football Supporters Europe (FSE). Lui qui était au Stade de France pour suivre le match assure que "les conclusions tirées par le ministre de l'Intérieur et la ministre des Sports sont très éloignées des observations qu'on a pu faire avant le match." Il décrit aussi des "problèmes anciens" d'organisation autour de cette enceinte.

>>> Ligue des champions : les incidents du Stade de France sont "le fiasco de l’UEFA, pas de la police", affirme le Syndicat indépendant des commissaires de police

franceinfo : À quoi ressemblait cette situation ? Qu'est-ce que vous en avez vu ?

Ronan EvainLa situation était extrêmement confuse et je crois que c'est très compliqué de tirer des conclusions aujourd'hui de l'effet domino qui a entraîné les perturbations et les retards qu'on a connus. Ce qui est certain, c'est que les conclusions tirées par le ministre de l'Intérieur et la ministre des Sports sont très éloignées des observations qu'on a pu faire avant le match.

Le gouvernement évoque surtout de débordements de la part de supporters anglais avec de faux billets. La police française accuse surtout l'UEFA d'avoir mal géré la situation au Stade de France, d'avoir sous dimensionné le dispositif de stadiers. Et puis les Anglais, eux, visent les autorités françaises et la police française qui n'auraient pas su faire. À qui la faute ?

Justement, ce jeu de rejeter la faute sur l'un et sur l'autre ne va aider personne. Ce qui est certain, c'est que les victimes d'un dispositif défaillant étaient d'abord les supporters, de Liverpool mais aussi du Real Madrid.

Pour une raison qui m'est inconnue, on se concentre sur le problème côté Liverpool. Mais un nombre important de supporters du Real a également manqué le coup d'envoi du match.

Ronan Evain, Football Supporters Europe

à franceinfo

Cette histoire de faux billets, malheureusement, fait partie de la culture du supporterisme à Liverpool. Il s'agit d'un problème qui est connu, qui est identifié, qui est généralement bien traité par les organisateurs de finales. Il y avait effectivement, très certainement, un nombre de faux billets hier qui étaient en vente aussi dans les rues de Paris mais c'est un problème qui était réellement marginal. Et puis normalement l'organisateur d'un événement comme celui-là sait traiter la question des faux billets. On vérifie sa véracité, si c’est un faux billet, la personne est expulsée et fin de l’histoire.

Sur cette question des faux billets qui semble quand même être à l'origine du problème, les autorités françaises parlent de plusieurs milliers de supporteurs sans billet. De quoi s'agit-il ?

Pour ma part, je suis convaincu qu'il n'y a pas de milliers de faux billets, comme l'indique le ministère de l'Intérieur. C'est un problème marginal. Quelques faux billets, quelques fausses accréditations mais la question, c'était surtout celle des gens sans billets qui se sont trouvés autour du Stade de France, qui ont essayé de rentrer en force, soit en passant par-dessus les tourniquets, soit, pour les plus sportifs d'entre eux, en essayant de passer par-dessus les grilles du Stade de France. Et là, majoritairement, ce n'était ni des supporters de Liverpool, ni des supporters du Real Madrid, mais plutôt des jeunes Parisiens qui sont venus tenter leur chance autour du Stade de France.

La préparation a été raccourcie - trois mois seulement au lieu d'un an et demi - parce que la finale a été déplacée de Saint-Pétersbourg à Paris à cause de l'invasion russe en Ukraine. Vous pensez que ça a pu jouer ?

J'espère vraiment qu'il y aura une vraie analyse de ce qu'il s'est passé. C'est sûr que c'est un défi logistique colossal d'organiser une finale de Ligue des champions en trois mois. On doit nécessairement aujourd'hui se poser la question de savoir si la France avait la capacité de l'organiser au regard de difficultés organisationnelles répétées autour du Stade de France qu'on avait déjà vues sur l'Euro 2016, sur certaines finales de Coupe de France. Ce sont des problèmes qui sont anciens, qui sont connus, qui sont très importants.

Il y a un problème ancien de circulation, de mobilité, autour du Stade de France qui était exacerbé hier.

Ronan Evain

à franceinfo

Il y a un problème très spécifique, qui est celui du nombre de stadiers disponibles, de leur formation, de leur qualité professionnelle, de l'expérience professionnelle, qui se pose depuis le retour au stade, et l'épidémie de Covid-19. Je crains, que vu le profil, l'expérience, l'âge et le comportement de certains stadiers, c'est une question qui doit se poser aussi : Est-ce que l'organisateur disposait de suffisamment de stadiers professionnels formés autour du stade de France ?

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.