Ligue des champions : "On a évité le drame", réagit Jérôme Alonzo, consultant franceinfo, après les incidents qui ont retardé la finale

La polémique montait dimanche autour des responsabilités de chacun dans les couacs organisationnels de la finale de la Ligue des champions au Stade de France, alors que des incidents en marge de la rencontre ont donné lieu à 68 interpellations.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'UEFA et le ministère français de l'Intérieur ont mis en cause la présence de supporters sans billet ou munis de faux billets qui ont entravé le déroulement des procédures à l'entrée. (THOMAS COEX / AFP)

"On a évité le drame", estime Jérôme Alonzo, consultant football de franceinfo et ancien gardien ce dimanche sur franceinfo après la finale de la Ligue des champions. Un match entre Liverpool et le Real Madrid, qui a été remporté par les Espagnols. La finale se déroulait au Stade de France, près de Paris et a commencé avec plus de trente minutes de retard en raison d'incidents à l'entrée du stade avant la rencontre.

>> Ligue des champions : filtrage forcé, barrières escaladées, faux billets... Ce que l'on sait des incidents qui ont retardé la finale

Des bousculades et des mouvements de foule se sont produits alors que des supporters sans billets, ou munis de faux billets, tentaient de forcer les points de filtrage pour entrer dans le stade. 34 000 supporters espagnols et anglais étaient rassemblés dans les deux fan zone à Paris et Saint-Denis.

"Je suis heureux qu'on ait évité le drame", dit-il. "Quand j'ai vu les images que j'ai vues, pas de blessé grave dans cette histoire, c'est un miracle", estime l'ancien gardien. "C'est déplorable." Il décrit des "gens coincés derrière les grillages, avec des enfants, des familles". "Ça fait froid dans le dos", conclut-il. Ces incidents font notamment écho à la catastrophe d'Hillsborough en 1989. 97 personnes étaient mortes dans une bousculade à l'entrée du stade avant le match entre Liverpool et Nottingham Forest.

Le club de Liverpool a demandé l'ouverture d'une enquête. "C'est le plus grand match dans le football européen et les supporters ne devraient pas avoir à vivre le genre de scène dont nous avons été témoins ce (samedi) soir", dit le club dans un communiqué. "C'est l'image de la France tout entière", reconnaît le consultant de franceinfo, "simplement heureux" d'avoir "évité un drame".

La finale de la Ligue des champions initialement prévue à Saint-Pétersbourg avait été délocalisée au Stade de France, à la suite de l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février. Les autorités françaises n'ont bénéficié que de trois mois pour préparer l'événement au lieu de dix-huit, délai prévu dans le cahier des charges de l'UEFA.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue des champions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.