"Cri du coeur" contre "drame à Paris" : la revue de presse après PSG-Bayern

La qualification du PSG face au Bayern Munich mardi soir est difficile à encaisser pour la presse d'outre-Rhin, au contraire des médias français et européens, qui ont apprécié le spectacle et le résultat.
Article rédigé par
Publié
Temps de lecture : 4 min.

Douche froide, incompréhension, tentative d'explications : la presse allemande a un peu la gueule de bois, mercredi 14 avril, au lendemain de l'élimination du Bayern Munich, tenant du titre, par le PSG. Tout le contraire de son homologue française, aux anges. Les médias européens saluent également une équipe parisienne qui a tourné le dos à un passé parfois tourmenté au niveau européen. Revue de presse.

"Le cri du coeur"

En France, le soulagement est "juste énorme". "Le cri du coeur", titre d'ailleurs le quotidien L'Equipe en une après cette deuxième qualification consécutive du PSG pour les demi-finales de la Ligue des champions. "Paris a perdu mais Paris a gagné et, à la fin, ce sont les Allemands qui sortent. Cela n'est pas arrivé suffisamment souvent pour que la France confinée ne savoure pas cet instant", écrit L'Equipe.

Le quotidien français salue cette belle épopée dans laquelle Paris s'est engagée, et dont la constance lui a fait prendre un tournant presque historique. "À l'échelle du football français, trop souvent moqué quand survient le printemps européen, et même du PSG, c'est un exploit magnifique et paradoxal à la fois. Car c'est au cœur de sa saison nationale la plus difficile sous l'ère qatarienne que Paris aura franchi un étage, celui où cohabitent les plus grands de ce continent."

Pour sa part, Le Parisien titre "Enorme", avec la photo de Kylian Mbappé, star au service du collectif mardi soir. Du côté de La Provence, on souligne que l'équipe parisienne s'est qualifiée "après s'être fait peur", tout comme Ouest France, qui rappelle que "Paris et Neymar souffrent mais verront quand même les demies". Corse Matin retient que le PSG "tient sa revanche" par rapport à la finale de la saison passée contre les Allemands. La Dépêche du Midi revient sur la performance encore majuscule de Keylor Navas, notamment sur l'un des derniers tirs allemands, alors que la tension était à son comble, le surnommant "le géant vert".

"Les Bavarois ne sont plus les rois du football"

Pour la presse allemande en revanche, l'élimination est difficile à encaisser. "Terminus Paris", écrit Sport Bild. Le score de la victoire des Bavarois 0-1 en quart de finale retour "est la plus amère victoire de l'entraîneur Hansi Flick", ajoute le site sportif. Pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, c'est aussi la douche froide. "Certaines photos rappelaient étonnamment une soirée d'il y a huit mois à Lisbonne. Paris Saint-Germain contre le Bayern, la victoire de Munich avec un but de la tête 1-0", se rappelle le quotidien, nostalgique. Car mardi soir au Parc des Princes, "les Bavarois n'étaient plus les rois du football"

Du côté de Die Zeit, on cherche à comprendre ce qui a pu manquer aux Allemands. Pour l'hebdomadaire allemand, le Bayern "manquait à nouveau des meilleurs frappeurs. Robert Lewandowski, Serge Gnabry et Leon Goretzka n'étaient pas sur le terrain à Paris et il est possible qu'un seul d'entre eux aurait permis de se qualifier." 

L'avenir de Flick au centre des interrogations

Après avoir relaté le "Drame à Paris", l'heure est déjà aux règlements de comptes pour le quotidien Die Welt, qui évoque l'avenir de l'entraîneur Hansi Flick, en question ces dernières semaines et source de fortes tensions au sein du club bavarois. "Pour Flick, le débat sur son propre avenir se poursuit après avoir raté la défense de son titre européen. Restera-t-il avec le Bayern ou sera-t-il sélectionneur national après le championnat d'Europe cet été ?" 

Le Süddeutsche Zeitung s'interroge également sur le futur du coach bavarois. "Il y a de sérieuses raisons de partir", titre le quotidien. Les commentaires de Christof Kneer vont plus loin et évoquent la domination du Bayern avant d'affronter le PSG. "Il a fallu des retrouvailles avec le dernier adversaire parisien pour rappeler au Bayern qu'ils peuvent également être éliminés. Avant le match, l'équipe de Munich était consciente que la question de la qualification ou de l'élimination peut influencer le futur proche du club, comme en mars 2019." Pour le quotidien, contrairement à 2019 justement, "il n'est pas question de savoir si les joueurs suivront leur entraîneur (ils le font) - mais si cet entraîneur restera leur entraîneur" après cette élimination prématurée de la C1.

Anglais et Espagnols saluent la qualification parisienne

La qualification des Parisiens a impressionné sur la scène européenne. La BBC note un match retour "fascinant", où Paris a certes été battu mais a "tenu bon". Pour le média britannique, Paris "souligne sa croissance". Mais reste toutefois prudent quant à l'avenir. "Alors que ce résultat contribuera dans une certaine mesure à exorciser les démons de la défaite de la saison dernière contre le Bayern [en finale], un véritable rachat pour le PSG ne viendra que s'il peut goûter à la victoire à Istanbul à la fin du mois de mai."

Le Mundo Deportivo a lui aussi salué la victoire de Paris, qui a su dire "au revoir aux fantômes des retours passés". "L'équipe parisienne cherchait une rédemption dans cette Ligue des champions et c'est ce qu'elle a trouvé en éliminant l'actuel champion de la compétition (...) Il n'y a pas eu autant de buts à Paris qu'à Munich, mais l'excitation et le spectacle n'ont pas manqué." La prestation des Parisiens a été observée avec attention en Espagne, notamment celle de Neymar, qui a impressionné. "Un récital de l'ex-joueur de Barcelone", salue le quotidien catalan. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.