Cet article date de plus de cinq ans.

C1 : Le Benfica et le FC Astana se neutralisent, les Kazakhs éliminés

Le FC Astana et le Benfica ont fait match nul 2-2, ce mercredi, dans la capitale kazakh, pour le compte de la 5e journée de la Ligue des Champions (groupe C). Les locaux ont pris rapidement l'avantage inscrivant leurs deux buts en seulement 30 minutes de jeu. Mais un doublé de Raul Jimenez (40e et 72e) a permis aux Portugais de revenir à la marque. Avec déjà deux nuls et deux défaites à son compteur, le FC Astana, en accrochant encore seulement un match nul, est éliminé de la compétition. Une compétition à laquelle ils participaient pour la première fois.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Benfica et FC Astana à la lutte

Pour leur première participation à la grand messe européenne, les Kazakhs rêvaient sans doute d'accéder aux 8e de finale. Mais les joueurs du Benfica ont fait déjouer leurs plans en obtenant un match nul à 6000 km de chez eux.

Les hommes de Stanimir Stoilov avaient pourtant bien débuté la rencontre : un but de la tête de Patrick Twumasi puis un second de Marin Anicic, le tout en 30 minutes leur permettaient de donner rapidement le ton de la rencontre. Mais s'ils pensaient avoir fait le plus gros du travail, les Kazakhs avaient sans doute péché par orgueil. Car les Liboètes, grâce à une doublé de Raul Jimenez (40e et 72e), concrétisaient ensuite leur domination en revenant au score. Un coup dur pour les locaux ! Tout était alors à refaire. 

Et pourtant, en dépit des efforts de tous, le score n'allait plus bouger et l'aventure du FC Astana en Ligue des Champions allait s'arrêter là. C'est en effet le 3e match nul des Kazakhs, en plus de 2 défaites. Un bilan qui les placent en dernière position du groupe C. Pour les joueurs du Benfica, toujours leader du groupe, la qualification est proche mais encore non validée. Le prochain match, le 8 décembre, face à l'Atlético Madrid sera décisif. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.