Cet article date de plus de six ans.

Ligue 2: Troyes passera les fêtes en tête, Brest sur le podium

Facile vainqueur (4-0) de la lanterne rouge Arles-Arvignon, Troyes a bouclé samedi la première partie de saison en tête de la Ligue 2. Les Troyens, bien aidés par le nul de Dijon à Chateauroux (1-1) vendredi, terminent devant à la différence de buts (+19 contre +11). Brest, tombeur de l'AC Ajaccio (2-1), et le Gazélec, de Créteil-Lusitanos (2-0), confirment avec le podium et une 5e place. Tours, Châteauroux et Arles-Avignon referment le classement.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les joueurs d'Arles la saison dernière (en jaune et noir), ici face à Troyes en L2 (?FABRICE FOURES / MAXPPP)

Troyes, large vainqueur sur la pelouse d'Arles-Avignon (4-0), s'est emparé du titre honorifique de champion d'automne de Ligue 2 au détriment de Dijon, samedi à l'issue de la 18e journée. En tête du classement la veille, après un match nul à Châteauroux (1-1), les Dijonnais, malgré le même nombre de points (36), ont été doublés par Troyes à la différence de buts (+19 contre +11). Le match avait pourtant mal débuté pour les Troyens, incapables de marquer en première période. Mais après la pause, Benjamin Nivet, sur penalty, a ouvert les hostilités (63e), suivi deux minutes plus tard par Ghislain Gimbert (65e). Puis Jonathan Martins Pereira (70e) et Gaël Givet, contre son camp dans le temps additionnel (90e+2), ont creusé l'écart.

Brest a conservé sa troisième place après sa victoire à domicile face à Ajaccio (2-1), grâce à un doublé sur penalty de Bruno Grougi (23e, 50e), Johan Cavalli ayant été le seul buteur ajaccien (64e). Les Corses restent douzièmes. Dans la troisième rencontre de l'après-midi, le Gazélec Ajaccio n'a pas été inquiété par Créteil (2-0). Les Corses réalisent la bonne opération du jour au classement, en remontant de quatre rangs pour occuper la cinquième place, avec 29 points.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 2

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.