"Un club de football, c'est plus qu'une entreprise", les changements à l'Olympique de Marseille doivent permettre d'apaiser les tensions autour du club

L'OM accueille l'OL dimanche soir en Ligue 1. Cette rencontre est encore plus particulière cette fois-ci après les événements qui viennent de secouer l'organigramme du club marseillais. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La joie des joueurs de l'OM après un but ( 3 février 2021). (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

L'Olympique de Marseille reçoit l'Olympique Lyonnais, dimanche 28 février, en clôture de la 27e journée de Ligue 1 de football. Ce match aura une saveur toute parculière en raison du contexte et des bouleversements survenus, en cette fin de semaine, à la tête de l'OM. 

>> Marseille : Jacques-Henri Eyraud quitte la présidence, Jorge Sampaoli nommé entraîneur 

Autour du stade Vélodrome, les banderoles et les tags contre Jacques-Henri Eyraud sont encore bien présents et les supporters, à l'image d'Antho, ne regrettent pas l'attaque du centre d'entraînement le mois dernier, qui a conduit au départ du président de l'OM. "C'est une victoire pour les supporters, dit-il. Il n'y a pas eu tout ça pour rien. C'est ça qu'on retient. On a eu notre petite récompense."

De grands changements dans l'organigramme sont donc actés. Le directeur sportif Pablo Longoria devient président et Jorge Sampaoli arrive en tant qu'entraîneur. Marseille n'est décidement pas un club comme les autres. Jérôme Alonzoancien gardien de l'OM et du PSG, maintenant consultant France Info, le sait bien : "Marseille fait partie du patrimoine français du football".

"Il n'y a un patron à l'OM et ce patron est en train de prendre la mesure de sa tâche."

Jérôme Alonzo

à franceinfo

Pour l'ancien gardien de but, Franck McCourt n'a pas pris ces décisions uniquement pour répondre à la fronde des supporters. "Est-ce qu'il a craqué sous la pression ? Je ne crois pas, je pense simplement qu'il a compris où il a mis les pieds", estime Jérôme Alonzo.

Quatre ans et demi après avoir acheté le club, Franck McCourt propose un nouveau départ. Non pas aux supporters, mais à tout le peuple marseillais. Et ce n'est pas du tout pareil, selon le sociologue Nicolas Hourcade. "Cet événement prouve qu'un club de football, c'est plus qu'une entreprise. C'est évidemment une entreprise, explique-t-il. Évidemment, il y a des enjeux économiques et financiers, mais c'est aussi un bien culturel."

"Le club fait partie de l'histoire. Il fait partie de l'identité de la ville."

Nicolas Hourcade

à franceinfo

Pour le sociologue, " l'enjeu maintenant, c'est de faire en sorte qu'il puisse s'exprimer de manière constructive pour que tout le monde soit gagnant dans le processus". Le propriétaire américain viendra dans les prochains jours rencontrer élus, dirigeants et supporters, à priori ici au Vélodrome, à Marseille. Il s'agit pour Mathieu Boutros, ancien joueur et supporter de l'OM, de gages de bonne conduite. "Il y a même eu des banderoles en Amérique, explique-t-il. C'est normal qu'il vienne voir les supporters. Un nouveau président, un nouveau coach. Le président connaît le ballon et sait où on va. Apparemment, il veut remettre de l'argent donc il remonte dans l'estime des supporters marseillais.".

Mais ces derniers attendent de voir notamment les débuts du nouvel entraîneur argentin Jorge Sampaoli, qui pourrait arriver, murmure-t-on ici, lors de la venue à Marseille de Franck McCourt.

Foot OM La victoire des supporters, le reportage d'Alexandre Vau
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.