Le footballeur Serge Aurier condamné à deux mois de prison ferme pour violences volontaires

Le joueur compte faire appel de sa condamnation, a précisé son avocate à la presse, lundi.

Le défenseur du PSG, Serge Aurier, lors de son arrivée au tribunal de Paris, le 26 septembre 2016.
Le défenseur du PSG, Serge Aurier, lors de son arrivée au tribunal de Paris, le 26 septembre 2016. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Serge Aurier a désormais un casier judiciaire. Le joueur du PSG été condamné, lundi 26 septembre, à deux mois de prison ferme et 600 euros d'amende. Le footballeur ivoirien n'ira toutefois pas en prison, sa peine étant aménageable, indique une journaliste de France 3 Ile-de-France.

"On va faire appel de cette condamnation", a déclaré à la presse son avocate Claire Boutaud de la Combe en rappelant que son client contestait les faits. "Il n'est pas coupable, il doit être relaxé." Dans l'attente de cette décision, le PSG a annoncé dans un communiqué que le joueur est donc autorisé à poursuivre l'exercice de son métier, "en France, comme à l'étranger", puisqu'il bénéficie à nouveau de la présomption d'innocence.

"C'est la police qui a commencé"

Le défenseur parisien comparaissait pour violences volontaires sur personne dépositaire de l'ordre public. Il a maintenu, à la barre du tribunal correctionnel de Paris, n'avoir porté "aucun coup" contre un policier lors du contrôle de son véhicule, à la sortie d'une boîte de nuit parisienne, dans le quartier des Champs-Elysées, le 30 mai dernier. "C'est la police qui a commencé", a-t-il déclaré à l'audience.

De son côté, le policier impliqué dans l'altercation, qui a souhaité que son anonymat soit préservé par les médias, a affirmé que le joueur du PSG avait "refusé la palpation de sécurité", lors du contrôle. Deux mois de prison avec sursis, assortis de travaux d'intérêt général, avaient été requis à l'encontre du défenseur du PSG. Le juge a décidé d'aller au-delà des réquisitions.