Saint-Etienne-Marseille : l'OM refroidit les Verts et conforte sa deuxième place en Ligue 1

Reporté à ce dimanche à cause de la neige, le choc entre Saint-Etienne et l'Olympique de Marseille a viré à la démonstration de force des visiteurs, qui ont glacé un Chaudron incadescent en giflant les Verts (2-4).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les Marseillais enlacent Dimitri Payet, auteur de l'égalisation sur penalty contre Saint-Etienne, le 3 avril 2022. (JEFF PACHOUD / AFP)

A cause de la neige tombée dans le Forez, les Marseillais ont dû passer tout le week-end à Saint-Etienne. Mais les Olympiens n'auront pas perdu le sourire pour autant. Car s'ils ont finalement dû patienter jusque dimanche 15h pour affronter les Verts - après que la neige a provoqué le report de la rencontre prévue samedi soir, ils ont réalisé la bonne opération du week-end.

Faciles vainqueurs de Verts bien pâles (4-2), pour ne pas dire fantomatiques, les Marseillais confortent leur deuxième place de Ligue 1 après le nul entre Nice et Rennes, samedi (1-1). Et si l'OM a été bien aidé par deux penalties et un but contre-son-camp de Kolodziejczak, cette victoire est tout sauf illogique tant Marseille a dominé la rencontre.

La réussite fuit les Verts

Il y a des gifles qui font plus mal que d'autres, comme celles reçues par un grand froid, ou administrées par un vieil ennemi. Deux conditions réunies ce dimanche pour l'AS Saint-Etienne, corrigée à domicile par l'OM dans un Chaudron d'abord bouillant, mais progressivement glacé par le naufrage stéphanois. Et encore : le petit bijou de Lucas Gourna-Douath en fin de rencontre est venu sauver les apparences pour des Verts qui n'ont jamais semblé en mesure de tenir tête à leurs invités du jour.

Pourtant, Denis Bouanga avait idéalement lancé l'après-midi pour l'ASSE. Le Gabonais a en effet vu Pau Lopez rendre hommage à un autre gardien espagnol, Luis Arconada, en commettant une faute de main énorme sur une frappe anodine (1-0, 9e). Un petit coup de pouce du destin bienvenu pour les Verts. Mais ne vous y trompez pas : la réussite était bien du côté de l'OM ce dimanche dans le Forez.

Deux penalties et un CSC offerts

Juste avant la pause, Dimitri Payet a d'abord égalisé sur un premier penalty, après que Mangala a ceinturé Caleta-Car sur corner (1-1, 45e). Et ce alors que Bouanga venait de se faire refuser un but pour hors-jeu. Mais ce n'est pas tout. Car si l'OM a maîtrisé le second acte de la tête et des épaules, avec bien plus d'allant offensif, c'est grâce à deux autres coups du sort que les Marseillais ont fait le break. 

Le premier ? Un but contre son camp improbable de Kolodziejczak, venu dégager le ballon en pleine lucarne après une belle parade de Bernardoni. Le second ? Un nouveau penalty pour l'OM, concédé par Nordin, après avoir dansé la samba avec Gerson. Cette fois, c'est Bamba Dieng qui s'y est collé.

Amine Harit a ensuite enfoncé le clou en inscrivant le quatrième but de l'OM. Celui de trop pour des Verts apathiques, impuissants et spectateurs de leur propre match. La frappe lointaine de Gourna-Douath en fin de partie a adouci la note, mais à la fin ce sont quand même les Stéphanois qui payent l'addition. Les Marseillais ont le moral, eux : ils vont enfin pouvoir quitter le Forez avec trois points de plus dans leur besace, et une avance confortée sur leurs poursuivants pour le podium. Enfin, à condition que les autoroutes soient déneigées.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.