Cet article date de plus de six ans.

Rennes-Lorient: Pedro Henrique inflige une cruelle défaite aux Merlus

Moins d'une semaine après un nul ramené de Nantes (1-1), Rennes a arraché la victoire contre Lorient (1-0) vendredi en ouverture de la 13e journée de Ligue 1. Philippe Montanier, en délicatesse lorsqu'il affronte les Merlus, empoche un succès qui le fuyait encore dans l'élite. Lorient, enfoncé dans une série de huit revers en neuf matches, n'arrive plus à enrayer sa chute. Les joueurs de Sylvain Ripoll s'enfoncent dans la zone rouge.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le coup de massue de Pedro Henrique en toute fin de match (DAMIEN MEYER / AFP)

Il n'avait jamais gagné contre Lorient. Philippe Montanier a enfin pris sa revanche. Parfois malmené par des Merlus joueurs, Rennes a eu le dernier mot (1-0) vendredi lors de la 13e journée. Ce succès, acquis grâce à un but de Pedro Henrique (89e) à l'issue d'un match très moyen, permet aux Bretons de remonter à la 7e place. En revanche, ça ne s'arrange pas pour Lorient, qui continue sa descente aux enfers. Après treize journées, les Lorientais pointent en position de premier relégable. Ils pourraient encore tomber plus bas en fonction des résultats du SC Bastia et Evian-TG, respectivement avant-dernier et lanterne rouge de Ligue 1.

Un peu comme à Nantes, pour le premier de la série de trois derbies d'affilée de Rennes, aucune équipe ne s'est montrée très dangereuse. Paul-Georges Ntep ayant purgé contre les Canaris, la suspension pour son carton rouge récolté contre l'OM en Coupe de la Ligue, a fait du bien à l'équipe de Montanier... même si sa performance était plus contrastée que l'habitude. S'il a perdu beaucoup de ballons et qu'il a parfois affiché une attitude désinvolte dans le repli défensif, c'est aussi lui qui a offert un caviar repris par Pedro Henrique en fin de match (89e, 1-0).

Lorient peut logiquement nourrir des regrets. Bien emmenés par un Ayew très remuants, ils auraient pu ouvrir le score à l'heure de jeu grâce à Raphaël Guerreiro. Le tir à ras-de-terre du Portugais, appelé pour la première fois en sélection nationale jeudi, n'a cependant pas trompé la vigilance de Benoît Costil. Mais, après ce nouveau revers, une question se pose : jusqu'à quand Sylvain Ripoll restera intouchable, si son équipe continue sa chute libre au classement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.