Racisme dans les stades : "La grande majorité des gens ne comprennent pas qu'ils ont une responsabilité", estime Lilian Thuram

Le champion du monde 98 a réagi sur franceinfo après la rencontre Dijon-Amiens vendredi soir. 

Lilian Thuram en avril 2018. 
Lilian Thuram en avril 2018.  (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

L'interruption du match Dijon-Amiens vendredi 12 avril à la suite de cris de singes adressés au capitaine amiénois Prince Gouano s'inscrit dans une succession récente d'actes racistes dans les stades en Europe. Il faut arrêter de penser "simplement que ce sont des personnes stupides qui vont au stade", a dénoncé sur franceinfo samedi Lilian Thuram. Le champion du monde 98 a créé une fondation à son nom pour lutter contre ce fléau. "Le racisme qu'il y a dans les stades de foot est lié au racisme qui existe depuis extrêmement longtemps envers les personnes noires", explique-t-il ce samedi sur franceinfo. Il déplore "que la grande majorité des personnes qui ne subissent pas le racisme ne comprennent pas la violence du racisme".

franceinfo : On en fait assez contre le racisme dans les stades ?

Lilian Thuram : Il faut croire que non puisque ça existe un peu partout en Europe. Qu'est-ce qu'on peut faire de plus ? Essayer de comprendre que le racisme qu'il y a dans les stades de foot est lié au racisme qui existe depuis extrêmement longtemps envers les personnes noires. Effectivement, si vous pensez simplement que ce sont des personnes stupides qui vont au stade, on ne va pas résoudre le problème. Le problème est beaucoup plus ample.

Pourquoi ce genre de réactions se produisent-elles ?

Je pense que la grande majorité des personnes qui ne subissent pas le racisme ne comprennent pas la violence du racisme. Et je pense que la grande majorité des gens ne comprennent pas aussi qu'ils ont une responsabilité. Très souvent on a tendance à penser que ce sont les personnes victimes du racisme qui peuvent faire changer les choses. C'est exactement comme le sexisme c’est-à-dire que nous, les hommes, nous avons une responsabilité à faire évoluer la situation. Et je pense que nous devons éduquer les plus jeunes, les adultes, à prendre conscience de cela. Et très souvent dans le monde du football, il y a un manque de courage pour mettre fin par exemple à un match ou sanctionner lourdement par exemple la personne. Est-ce que cette personne aura le droit dans quelques temps de revenir dans un stade ?

Il faut aller plus loin qu'une suspension de match ?

Ce qui a été très bien c'est que le match s'est arrêté. Je pense que c'est quelque chose d'important. Après, on a pu trouver la personne et la faire sortir. Effectivement vous ne pouvez pas arrêter le match si vous avez identifié qui fait quoi parce que sinon ça va pénaliser tous les spectateurs. Il y a des fois, on n'arrive pas à identifier les gens. Quand c'est cela, je pense que ça veut dire qu'il y a énormément de supporters qui le font. Parfois il faut avoir le courage d'arrêter le match. A partir du moment où vous organisez un spectacle, vous êtes aussi dans l'obligation de savoir qui vient et qui fait quoi. Par exemple, il y a des fois des supporters qui font des bruits de singes et des présidents de clubs qui vous disent qu'ils n'ont rien entendu. Ça paraît un peu bizarre.