Monaco-Marseille : l'OM renverse l'ASM après un choc de haute volée en clôture de la 15e journée de Ligue 1

L'Olympique de Marseille s'est imposé sur le fil à Monaco (3-2), et prend seul la quatrième place de Ligue 1.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les Marseillais exultent sur la pelouse de Monaco, le 13 novembre 2022. (VALERY HACHE / AFP)

Un feu d'artifice final avant de faire tomber le rideau. En clôture de la 15e journée de Ligue 1, la dernière avant la trêve imposée par le Mondial, l'AS Monaco et l'Olympique de Marseille ont offert une rencontre spectaculaire, dimanche 13 novembre. Sur la pelouse du stade Louis-II, ces deux candidats au podium ne se sont pas fait de cadeau. Mais à la fin, ce sont bien les Marseillais qui avaient le sourire, grâce au but vainqueur de Sead Kolasinac au bout du temps additionnel (3-2). Le dernier rebondissement d'une soirée folle, pleine d'émotions.

Jusqu'au bout, on aura donc vibré. A la tombée d'un coup franc excentré obtenu et botté par Dimitri Payet - de nouveau auteur d'une belle entrée -, Sead Kolasinac a pris la défense monégasque à défaut et fait chavirer les milliers de Marseillais présents en principauté. Un coup de casque vécu comme une délivrance pour l'OM, passé par toutes les émotions, mais qui sort finalement vainqueur de ce bras de fer. Marseille en profite pour revenir à un point du podium, et reléguer Monaco à trois points.

Terrible blessure pour Amine Harit

L'allégresse, l'OM l'avait déjà connue en première période. Comme souvent, les hommes d'Igor Tudor ont démarré pied au plancher, même s'ils ont dû patienter jusqu'à la 35e minute pour trouver la faille sur une merveille de coup franc d'Alexis Sanchez. Un avantage que les Phocéens auraient mérité de conserver jusqu'au retour aux vestiaires. Mais l'AS Monaco a profité d'un penalty généreux pour revenir dans le match. Non sélectionné pour le Mondial, Wissam Ben Yedder l'a transformé d'une subtile panenka. Un nouveau geste de classe dans une soirée cinq étoiles.

Mais cet Olympique de Marseille a plusieurs visages. Et le moins bon ressort souvent en seconde période, lorsque l'OM s'éteint petit à petit. Un phénomène accentué par le réveil monégasque. Sous les yeux du prince Albert II, même si la majorité du stade était en faveur de l'OM ce dimanche, les joueurs de la principauté ont peu à peu pris le contrôle en seconde période. La terrible blessure d'Amine Harit, évacué sur civière vers l'hôpital après un choc au genou à l'heure de jeu, a peut-être aidé l'ASM en assommant l'OM.

Toujours est-il que Monaco a pris l'avantage une dizaine de minutes plus tard, grâce à Volland, servi sur un plateau en profondeur par Golovin. Un nouveau coup de massue sur les Marseillais, qu'on pensait alors à terre. Mais ce choc de Ligue 1 en avait encore sous le pied.

Entré en jeu à la place du Marocain, Dimitri Payet a remis l'OM à flots. Le Réunionnais a d'abord vu son contrôle raté offrir le ballon de l'égalisation à Jordan Veretout (2-2, 83e). Il a ensuite déposé le ballon sur la tête de Kolasinac (3-2, 98e), l'homme qui avait loupé la balle de qualification en huitième de finale de Ligue des champions il y a quelques semaines, face à Tottenham.

Dimanche, le sort a cette fois tourné en faveur de l'OM, passé par toutes les émotions. Mais au vu de la prestation des Monégasques, ce duel risque de se prolonger jusque la fin de saison pour aller chercher une place sur le podium. Et si la suite est au niveau de cette soirée, les amoureux du football risquent de se régaler à la reprise du championnat. En attendant, l'heure est à la Coupe du monde.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.