Ligue 2 : Champion, Troyes est officiellement de retour en Ligue 1

Vainqueurs de Dunkerque (2-0), samedi, les Troyens sont sacrés champions de Ligue 2 et valident leur billet pour la Ligue 1.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La joie des Troyens, sacrés champions de Ligue 2 après leur victoire contre Dunkerque samedi 8 mai (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)

Ca ne faisait plus vraiment de doutes, c’est désormais officiel : l’ESTAC Troyes évoluera en Ligue 1 la saison prochaine. Vainqueur de Dunkerque (2-0), samedi 8 mai, lors de la 37e journée de Ligue 2, le club champenois est assuré de faire partie des deux promus en première division. Mieux, les Troyens sont d’ores et déjà sacrés champions de Ligue 2, le deuxième titre de leur histoire après 2015, avant même la dernière journée de championnat, samedi 15 mai. Ils comptent 6 points d’avance sur leur dauphin, Clermont, alors qu'il ne reste plus qu'une journée de championnat. 

Spécialiste de l'ascenseur L1-L2

L’ESTAC Troyes, ou Espérance sportive Troyes Aube Champagne, c’est un nom qui dit forcément quelque chose aux amoureux de la Ligue 1, puisque le club champenois est un quasi-habitué des lieux. Et pour cause : il s’agit de la cinquième montée en L1 depuis 2003 pour l’ESTAC et même de la quatrième sur les dix dernières années. Problème : les Aubois ne sont pas du genre à s’y éterniser et ils prennent souvent l'ascenseur pour redescendre aussitôt en Ligue 2. Ainsi, le record de longévité dans l’élite date des années 1970 avec cinq saisons de rang, puis quatre entre 1999 et 2003. Depuis, l’ESTAC n’a réussi qu’une fois à se maintenir en Ligue 1 : en 2005-06. Lors de leur dernier passage en 2017-18, les Troyens avaient ainsi bouclé la saison au 19e rang.

De retour dès la saison prochaine, l’objectif du club sera donc d’enfin s’installer durablement à l’étage supérieur. Pour cela, l’ESTAC a plusieurs atouts dans sa manche, notamment sa qualité de jeu. Car si les Troyens ont décroché leur billet pour l’élite, ils y ont mis la manière. Menée par Laurent Battles depuis deux ans, dont c’est la première expérience d’entraîneur principal, l’ESTAC a déployé un jeu chatoyant tout au long de la saison.

L’arrivée de Troyes en Ligue 1 est donc une bonne nouvelle pour les amateurs d'un football offensif, comme souvent avec l'ESTAC, réputée pour son style de jeu depuis plusieurs années. Lors de leur dernière saison en L1, sous les ordres de Jean-Marc Furlan, les Champenois étaient même tombés les armes à la main, en n’abandonnant pas leur philosophie de jeu malgré la relégation qui se profilait.

Le City Football Group aux manettes

En revanche, ce qui a changé depuis leur dernière saison de L1, c’est le statut de l’ESTAC, désormais propriété du City Football Group, propriétaire de Manchester City depuis 2008. De là à dire que l’ESTAC va devenir le Manchester City français ? Bien sûr que non. Le club champenois, passé sous pavillon émirati en septembre dernier, fait partie d’une stratégie plus globale destinée à servir le club anglais. Ainsi, le City Football Group possède 8 autres équipes à travers le monde, de New York à Melbourne, en passant par Yokohama, Montevideo ou encore Mumbai.

La saison a été dure. Nos meilleurs joueurs jouent blessés depuis deux mois. (...) Dans le jeu, on a été meilleur que l'année dernière. C'est une très très belle saison. Ce sont des larmes de bonheur.

Laurent Battles, entraîneur de Troyes

Quelle place pour l’ESTAC dans tout ça ? Celle d’un club implanté en France, autrement dit dans un des meilleurs pays formateurs du monde. Le club troyen est donc un maillon essentiel dans cette chaîne de prospection de talents destinée à servir Manchester City et les autres clubs du groupe. A l'inverse, l’intérêt du City Football Group est de pérenniser l’ESTAC en L1 pour servir de tremplin vers Manchester City et les autres écuries de ce conglomérat. Du gagnant-gagnant, donc.

Clermont en pôle pour le deuxième ticket

Pour connaître l'identité de l'équipe qui accompagnera Troyes en L1, il faudra attendre la dernière journée, samedi 15 mai, car si Clermont (2e) compte 4 points d'avance sur Toulouse, les Toulousains ont un match en retard à jouer contre Pau, mercredi 12 mai, à 19h. Pour les playoffs et le barrage contre le 18e de Ligue 1, ça se jouera entre Toulouse, Grenoble, le Paris FC et l'AJ Auxerre. A l'autre bout du classement, ça se complique pour Caen (18e) et Chambly (19e), à deux points de Pau, premier non relégable. Châteauroux est déjà relégué en National 1. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.