Ligue 1 : Qui est Arkadiusz Milik, la nouvelle recrue de l'OM ?

C'est certainement l'un des bons coups de ce mercato. Ce jeudi 21 janvier, le prêt d'Arkadiusz Milik pour 18 mois avec option d’achat a été officialisé par le club marseillais en provenance du Napoli. Véritable renard des surfaces, le gaucher de 26 ans a dû faire face à des blessures qui ont freiné sa progression. Voici quatre choses à savoir sur le nouvel homme providentiel marseillais.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Arkadiusz Milik après son but en finale de la Coupe d'Italie contre la Juventus Turin, le 17 juin 2020. (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)

• Deux ruptures des ligaments croisés et une fin compliquée au Napoli

Formé à Katowice jusqu'en 2011 avant de connaitre plusieurs clubs, Arkadiusz Milik arrive dans le sud de l’Italie en 2016 pour un montant de 32 millions d’euros. Grâce à de belles performances à l’Ajax Amsterdam, le Polonais est vu comme un grand espoir du football et vient remplacer Gonzalo Higuain, parti à la Juventus. Son aventure à Naples commence très bien : il inscrit 7 buts en 9 matches toutes compétitions confondues. Malheureusement, il se blesse gravement aux ligaments croisés du genou gauche avec sa sélection contre le Danemark, le 8 octobre 2016. Presque un an après son retour sur les terrains, l’attaquant se blesse au genou droit, lors d'une rencontre face à la SPAL, le 23 septembre 2017. Le constat est sans appel : à nouveau une rupture des ligaments croisés ! La malédiction continue à ce moment-là pour l’ancien joueur de l’Ajax. 

Son histoire d'amour avec le sud de l'Italie va mal se terminer. Après 48 buts en 122 matchs, Milik désire quitter le Napoli. Une demande qui met les Gli Azzurri dans une situation inconfortable. "Il est difficile pour nous de trouver un joueur plus fort que lui en ce moment, mais il nous faut beaucoup d’argent. Mais lorsqu’un joueur pense qu’un cycle est terminé, il faut l’écouter attentivement. Si vous n’avez pas la tête à ça, c’est un travail difficile", déclare Gennaro Gattuso en conférence de presse après la victoire des siens contre le Genoa, le 8 juillet 2020.

Puisque le joueur refuse de prolonger son contrat, qui se termine en 2021, il n’est pas inscrit sur la liste des joueurs de Naples cette saison, en Serie A. "Naples voulait me prolonger cinq ans. On m'a dit : 'tu signes ou tu pars'. J'ai décidé qu'il serait bon pour moi de tenter une autre expérience ailleurs", s'est défendu l’attaquant dans un entretien accordé à Sportowe Fakty. Le voici désormais arrivé sur la Côte d'Azur.

Le Polonais Arkadiusz Milik sur son nuage (? CIRO LUCA / REUTERS / X03151)

• Un duo plein de promesses avec Lewandowski en sélection

Auteur de 14 buts en 51 matches avec la Pologne, Arkadiusz Milik porte les couleurs de sa sélection depuis 2012. Le jeune attaquant explose avec les "Aigles blancs" en 2014 : lors des éliminatoires de l’Euro 2016, il inscrit 6 buts et termine meilleur passeur des qualifications avec 6 passes décisives. Sa doublette avec l’inévitable Robert Lewandowski fait des étincelles et les Polonais commencent à rêver d’un grand parcours à l’Euro.

Dans cette compétition, Milik marque un but contre l’Irlande du Nord (1-0) lors du match d’ouverture mais son équipe se fait éliminer aux tirs aux buts en quart de finale contre le futur vainqueur de la compétition, le Portugal. Il a également pris part à la Coupe du monde en 2018 en Russie.

Mais sa place en sélection n'est aujourd'hui pas acquise. À cause de son faible temps de jeu à Naples ces derniers temps, sa participation à l’Euro 2021 est compromise. "S'il reste à Naples même après le marché des transferts de janvier, je pense que c'est normal qu'il ne puisse pas participer à l'Euro avec la Pologne. C'est une situation qui me surprend et je comprends le Napoli, qui a beaucoup aidé le joueur", a expliqué le président de la Fédération polonaise, Zbigniew Boniek, à Radio Kiss Kiss. Le joueur a compris le message et a désormais moins de six mois pour convaincre son sélectionneur qu'il peut faire partie du voyage.

• Un vrai renard des surfaces

Milik a un profil d'attaquant en pivot mais pas seulement. Très bon de la tête et sur les coups francs, il possède de très bonnes qualités de finisseur. Le Polonais est un attaquant souvent bien placé et marque beaucoup de buts : lors de sa meilleure saison à Naples en 2018-2019, il inscrit 20 pions et délivré 4 passes décisives. "C'est un grand ! S'il vient, il fera la différence tout de suite, surtout dans les vingt derniers mètres. Il est très fort, c'est le joueur parfait pour l'OM", s'est enflammé son prédécesseur à la pointe de l'attaque olympienne Fabrizio Ravanelli  dans les colonnes de la Provence.

Cependant, l'ancien numéro 9 du Bayer Leverkusen a aussi quelques faiblesses : il dribble peu et ne touche pas un grand nombre de ballons hors de la surface de réparation. Mais l'attaquant est le bienvenu à l'OM, comme l'explique Jean-Pierre Papin à la Provence. "Il répondrait à un réel besoin. On voit bien que son profil manque en ce moment à l’OM. Valère (Germain), par exemple, est un bon joueur, mais il est fait pour tourner autour d’un '9' dans un système à deux attaquants. Or, l’OM évolue en 4-3-3." Grâce à ses qualités, l’ancien joueur de l’Ajax peut-il être le grand attaquant, si souvent fantasmé, de l’Olympique de Marseille ?

• Déjà courtisé par l’OM en 2015 ?

Ce n’est pas la première fois que l’OM s’intéresse de près à Milik. En effet, en 2015, Michel, alors entraîneur des Phocéens, demande une doublure à Michy Batshuayi. Selon les informations de Infosport+, les dirigeants du club de la région PACA avaient coché le nom du Polonais à ce moment-là, pour satisfaire leur entraîneur. L’Olympique de Marseille aurait offert 11 millions d’euros à l’Ajax pour s’attacher les services du buteur. Sans succès. Finalement, six ans plus tard, l’ancien joueur du Bayer Leverkusen s'est engagé avec l’équipe de Ligue 1. Comme quoi, la patience est mère de vertu. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.