Ligue 1 : l'OM trébuche à Lens (2-2) après avoir mené 2 buts à 0

L’Olympique de Marseille a stoppé sa série de défaites en décrochant un match nul ce mercredi à Lens (2-2) dans le cadre de la 23e journée de Ligue 1. Après une première période de grande qualité avec des buts de Florian Thauvin et d'Arkadiusz Milik, les Marseillais se sont montrés beaucoup plus fébriles par la suite et peuvent s’estimer heureux d’avoir conservé le point du nul.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'OM de Florian Thauvin et Alvaro Gonzalez remportent le point du match nul à Lens, mercredi 3 février 2021. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

C’est un OM à double face qui s’est présenté sur la pelouse du stade Bollaert-Delelis ce mercredi soir. Pendant une mi-temps, les hommes de Nasser Larguet avaient retrouvé de la stature en ne laissant rien transparaître de la terrible période qu’ils sont en train de vivre. Pourtant, au retour des vestiaires, rien n’allait plus et s’ils ont réussi à sauver le point du match nul, c’est tout de même grâce à une force de caractère et une envie qui laissent entrevoir une lueur d’espoir.

Docteur Jekyll : l’OM se retrouve en première période

Après la démission mardi de son entraîneur André Villas-Boas, les violentes manifestations des supporters samedi, qui avaient conduit à l’annulation de la rencontre face à Rennes, et surtout la terrible série de quatre défaites consécutives, l’Olympique de Marseille avait enfin relevé la tête. Une équipe combative et solidaire, du milieu Alvaro-Camara, en passant par Arkadiusz Milik ou Florian Thauvin, tous étaient aux rendez-vous et on semblait avoir retrouvé les Phocéens de l’automne, candidats sérieux au titre.

“Le discours d'avant match c'était : quand on était petits, on a tous rêvé d’être footballeurs et de vivre notre passion”, a déclaré Florian Thauvin à la pause. “On s’est dits qu’il fallait enlever tout ça de notre tête et jouer comme quand on était petits. Nasser Larguet nous a demandé de revenir aux bases, aux fondamentaux et de nous battre.” Et c’est ce qu’on a vu. Le gaucher avait même inscrit son premier but depuis décembre (37e) avant que Milik (45+2) score pour la première fois dans son nouveau club.

Mister Hide : l’OM a ensuite replongé dans ses travers

“On avait à coeur de montrer un visage cohérent, de la générosité il y en a eu, malheureusement la deuxième mi temps est à revoir et on le paye.” a expliqué Dimitri Payet à la fin de la rencontre. Le Réunionnais a bien résumé le match. Après s’être retrouvé en première période, lui et ses coéquipiers ont sombré au retour des vestiaires en encaissant deux buts (46e, 61e) dont un moins de trente secondes après la reprise.

Face à des Lensois beaucoup plus en jambes, l’OM était retombé dans ses doutes. De nombreuses pertes de balle et un manque de rigueur auraient pu lui coûter très cher face aux assauts répétés des Sang et Or portés par l’entrée d’un Arnaud Kalimuendo en feu. Si les joueurs de Nasser Laguet ont ramené le points du match, c’est grâce à cette générosité dans l’effort. Les Marseillais ont tenu bon et avaient à coeur de stopper cette spirale infernale à quatre jours du Classico contre le PSG au Vélodrome.

Milik séduit déjà

Les Olympiens peuvent tout de même trouver un réel motif de satisfaction à l’issue de cette rencontre. Pour la première fois titularisé à la pointe de l’attaque, la nouvelle recrue Arkadiusz Milik a réalisé une rencontre pleine jusqu’à sa sortie particulièrement précoce à la 59e minute. Le Polonais a été l’un des principaux artisans de la réussite de l’OM en première période, en pesant sur la défense nordiste, créant des différences jusqu’à son ouverture du score en renard des surfaces. Il a également fait preuve d’altruisme en préférant offrir un caviar à Florian Thauvin qui n’a pas su en profiter. Le salut de Marseille en cette deuxième partie de saison passera par la réussite de son nouvel attaquant.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.