Cet article date de plus de deux ans.

Ligue 1 : Fin du suspense pour l'Europe ?

Lyon, Saint-Etienne et Montpellier vont jeter leurs dernières forces dans la bataille pour les places européennes ce samedi, lors de la 37e et avant-dernière journée de Ligue 1, synonyme de célébration du titre pour le Paris Saint-Germain et de peur de la relégation pour Monaco. Sauf catastrophe industrielle majeure, le dauphin lillois, qui possède déjà six points d'avance sur Lyon, troisième, ne devrait plus être inquiété.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 4 min.
 (JEFF PACHOUD / AFP)

Balle de match pour Lyon

Les deux places qualificatives pour la Ligue des champions déjà prises, la lutte concerne donc l'étage du dessous. Lyon, 66 points, qui reçoit le mal classé Caen (18e), compte quatre unités d'avance sur l'ennemi stéphanois (62 pts) et peut, en cas de victoire, s'assurer la troisième place du championnat, bretelle d'accès pour la Ligue des champions. "Nous avons une balle de match à saisir contre Caen. Il faut la saisir", résume le Lyonnais Maxwel Cornet. Mauvaise nouvelle, toutefois, pour le club de Jean-Michel Aulas : le meneur de jeu et capitaine Nabil Fekir a déclaré forfait en raison d'une lésion à l'adducteur. "Nous verrons pour la semaine prochaine comment la blessure évolue et selon les circonstances aussi si nous avons besoin de lui ou pas", a précisé le Bruno Génésio, qui doit aussi se passer du défenseur central belge Jason Denayer, touché à un genou. 

Pression sur Saint-Etienne

La pression reste néanmoins sur les Verts, qui sont en l'état qualifiés pour la Ligue Europa mais qui doivent aussi regarder dans leur rétroviseur, où Montpellier (5e, 58 pts), qui les a battus le 10 mai dans le Chaudron, n'est plus qu'à quatre points. D'autant que trois joueurs majeurs de Saint-Etienne sont suspendus pour le match contre Nice (7e ): Mathieu Debuchy, Rémy Cabella et Wahbi Khazri. "On veut valider la 4e place. Contre Montpellier, c'était un coup d'arrêt après six victoires et un nul. Il faut repartir et se dire qu'on va jouer une deuxième balle de match dans un stade acquis à notre cause", a confié cette semaine l'entraîneur Jean-Louis Gasset, dont l'avenir à Saint-Etienne est en suspens. A défaut de "grande" Coupe d'Europe, les Stéphanois sont tout de même bien positionnés pour disputer la C3, qu'ils retrouveraient après deux ans d'absence.

Marseille, pour l'honneur

Derrière ce trio en lice pour l'Europe, l'Olympique de Marseille n'a lui plus rien à espérer de cette fin de saison. Sixièmes avec 55 points, les Marseillais ne peuvent plus prétendre aux places européennes ni être inquiétés par la zone de relégation. Le déplacement à Toulouse s'apparente, dans ce contexte, à une opération rachat auprès des supporters, las d'une saison ratée. "Il reste deux matches, on doit les aborder comme des pros", a convenu l'entraîneur marseillais Rudi Garcia"Il s'agit presque de sauver l'honneur", admet Kevin Strootman, "même si on sait qu'on a échoué cette saison dans la quête de nos objectifs". En fin de contrat, Mario Balotelli, absent à Toulouse pour des problèmes musculaires, ne pourra pas courir vers ses 9 et 10e buts au Stadium. L'Italien, sans matches européens, ne devrait pas faire parti du grand changement promis par McCourt pour la saison prochaine, et le club n'aurait de toute façon pas les moyens de son salaire, autour de 4 millions d'euros pour ses cinq mois. Il faudra relancer le projet avec forcément moins de stars. Mais déjà, l'OM doit sauver l'honneur.
 

Au PSG, célébrer et "bien finir"

Dans une certaine mesure, c'est aussi une opération rachat que s'apprête à vivre le Paris Saint-Germain au Parc des Princes face à Dijon, au terme d'une saison au goût amer pour les champions de France marquée par des éliminations humiliantes en Coupe de la Ligue (quart de finale), Ligue des champions (8e de finale) et en finale de Coupe de France perdue aux tirs au but. "Pour nous, c'est important de bien finir la saison au Parc des Princes, avec du sérieux, une bonne mentalité et beaucoup de qualité. C'est notre défi", a affirmé l'entraîneur allemand Thomas Tuchel. Pour célébrer le titre devant leurs supporters, les Parisiens seront privés de cinq suspendus, Neymar, Marquinhos, Juan Bernat, Presnel Kimpembé et Marco Verratti, ainsi qu'un blessé, Thiago Silva. Le PSG pourra toutefois compter sur son prodige Kylian Mbappé et ses 30 buts en championnat, de retour après trois matches de suspension.

Monaco, la peur du grand vide

Une autre lutte, tout aussi vertigineuse, se poursuit en bas de tableau, où Monaco, 215 millions d'euros de budget, se trouve toujours au bord du gouffre. Les Monégasques, 17e à égalité de points (33) avec le 18e et barragiste Caen, accueillent Amiens (16e) sur leur pelouse de Louis II pour un match de la peur. Mathématiquement, le 19e et relégable Dijon, qui compte 31 points, pourrait même repasser devant l'ASM à l'issue de cette 37e journée. "J'ai honte des résultats négatifs", a affirmé l'entraîneur Leonardo Jardim, qui a vu son club s'enliser dans une série de sept matches sans victoire, dont trois défaites sur les cinq derniers matches. Saura-t-il devenir l'élément moteur capable d'enrayer l'inexorable déclin monégasque ? "J'ai totalement confiance dans l'équipe qui va lutter jusqu'à la fin pour y arriver", conclut-il comme un capitaine, qui ambitionne "deux victoires". Les Falcao, Glik, Sidibé et autres Rony Lopes suivront-ils ?
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.