Ligue 1 : Dario Benedetto, le sauveur que l'OM n'attendait plus

Sans idées sur sa pelouse face au RC Strasbourg, l’Olympique de Marseille a évité le pire grâce à un but tardif de Dario Benedetto (1-1).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Dario Benedetto lors du match nul entre Bordeaux et Marseille, le 14 février 2021. (ROMAIN PERROCHEAU / AFP)

De l’ombre à la lumière. Dario Benedetto est revenu de très loin contre le Racing Club de Strasbourg, à l’image de l’Olympique de Marseille, qui a péniblement arraché un match nul miraculeux contre les Alsaciens au Stade Vélodrome (1-1), vendredi 30 avril. Heureusement pour l’OM, qui a balbutié son football, l’attaquant argentin, entré en jeu en fin de match, a surgi pour placer une tête salvatrice qui évite le pire pour le club marseillais. Une renaissance pour Benedetto, placardisé depuis des semaines.

Muet depuis deux mois

Ces derniers temps, l’attaquant qui fait jaser sur le Vieux-Port, c’est Arkadiusz Milik, le fameux « Grand attaquant » attendu par l’OM depuis des années, et dont l'avenir au club n'est pas assuré malgré un prêt jusqu'en juin 2022. Sauf que, contre Strasbourg, aussi talentueux soit-il, le buteur polonais n’a pas pesé. 

Entré en jeu à la 83e minute à la place de Boubacar Kamara, Dario Benedetto a égalisé trois minutes plus tard pour l’OM, d’une belle tête puissante au second poteau sur un centre d’un autre entrant, Luis Henrique. Le fameux « Sampaoli Time », ou encore un but tardif pour les Phocéens, qui en ont inscrit 16 depuis l’arrivée du coach argentin, dont 7 dans le dernier quart d’heure.

Surtout, une renaissance pour Dario Benedetto, qui n’avait plus marqué en Ligue 1 depuis le 16 janvier et une défaite à Nîmes (1-2), soit 17 matches. Entre temps, il avait toutefois inscrit un but semblable sur la pelouse d’Auxerre (2-0, le 10 février) en coupe de France. Mais, ça reste peu, trop peu pour l’attaquant arrivé de Boca Juniors en 2019 contre 15 millions d’euros. Et même si Sampaoli l’apprécie depuis qu’il lui a offert ses premières sélections avec l’Albiceleste en 2017, son crédit s’épuise peu à peu.

L'Europe en ligne de mire

La preuve, son temps de jeu famélique (1 minute sur les trois dernières rencontres, 56 sur les 7 premiers matchs sous Sampaoli), qui n’aide pas à briser cette spirale négative, forcément. Mais, le faible rendement du buteur de 30 ans non plus. Avec désormais 5 buts et 3 passes décisives en 29 rencontres, Benedetto ne répond pas aux attentes. Et s’il lui reste deux années de contrat sur le Vieux-Port, son avenir pourrait se dessiner ailleurs, comme le sous-entendent de premières rumeurs l’envoyant en Espagne.

Il faut dire qu'avec un salaire de 260 000 euros mensuels, l’Argentin pèse plus sur les finances de l’OM que sur les défenses adverses. Mais contre Strasbourg, il a retrouvé de l’efficacité et soulagé les siens. Le début d’une bonne phase ? Possible, car Benedetto l’a prouvé à plusieurs reprises : il fonctionne par cycles.

À la fin de l’automne, il avait ainsi inscrit 3 buts et délivré 2 passes décisives en 4 matchs. S’il remet ça sur cette fin de saison, l’OM ne sera pas loin de son objectif : l’Europe. Cela tombe bien : réussir en Europe, c’est la raison pour laquelle l’Argentin a traversé l’Atlantique pour rejoindre Marseille, il y a deux ans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.