Ligue 1 : comment le match OM-PSG est devenu le symbole d'une rivalité exacerbée

L'OM reçoit dimanche le PSG en clôture de la 24e journée de ligue 1. Cette rencontre de football représente l'une des affiches les plus attendues de la saison en France mais ça n'a pas toujours été le cas.

Article rédigé par
Cédric Guillou - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le match aller, marqué par la victoire (1-0) de Marseille à Paris, s'était achevé dans la confusion, le 13 septembre 2020. (SEBASTIEN MUYLAERT / MAXPPP)

C'est le classique ou clasico du championnat de France de football. La 24e journée de ligue 1 se termine dimanche 7 février par l'opposition entre l'Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain. Un rendez-vous encore plus particulier cette fois-ci car ce sera le 100e classique du nom.

Si aujourd'hui, c'est l’un des matchs les plus attendus de la saison du football français, ça n’a pas toujours été le cas. Les deux clubs s’affrontent depuis 1971 [1er affrontement le 12 décembre 1971], la rivalité ne date que d’une trentaine d’années. Cette rivalité a été montée de toutes pièces au début des années 90 par les dirigeants des deux clubs forts du moment, l'OM présidé par Bernard Tapie et le PSG avec son propriétaire de l’époque Canal +.

Une affiche anodine au début

L’écrivain et journaliste Arnaud Ramsay a consacré un livre à ce duel entre Marseille et Paris, PSG-OM / OM-PSG, histoire d'une rivalité aux éditions Hugo Sport. "C'était plutôt une affiche anodine au début des premiers affrontements puisque malgré les apparences, Paris est un club de moitié plus jeune que l'OM donc pour avoir une rivalité, il faut avoir une sorte d'antécédent et il n'y en avait pas dans les années 70, explique le journaliste. Pendant longtemps, au début des années Tapie, c'était l'OM contre les Girondins de Bordeaux incarné par Claude Bez, et puis la puissance et le rayonnement de Canal +, qui incarnait un peu le Paris dans toute sa splendeur, avec ses bons et ses mauvais côtés, a incarné ça, et a pris la relève de Bordeaux. Ce qui fait que tout doucement, depuis les années 90, [c'est devenu] schématiquement, Tapie et l'OM contre Paris et Canal +."

Une rivalité ancrée dans la culture populaire

"Comme sportivement, il y avait des matchs à enjeux, des matchs serrés, on se souvient sportivement parlant d'un but de l'OM qui est celui du premier titre de champion contre le PSG de Joël Bats, il y avait une vraie bascule, poursuit Arnaud Ramsay. Marseille a toujours aimé essayer d'humilier Paris sportivement parlant et le public a suivi parce que nulle part ailleurs qu'à Marseille, on s'identifie aussi fort à son équipe. Il n'y a qu'à voir les débordements d'aujourd'hui. Après, si vous interrogez les joueurs, est-ce qu'ils se détestent vraiment : c'était un peu fabriqué."

"Évidemment que c'était un peu artificiel, même si, pendant les 90 minutes du match, on sentait la haine, les tensions, les cartons, les expulsions et les débordements. Ça fait partie du folklore du football."

Arnaud Ramsay

à franceinfo

Même s'il n'a plus la saveur sportive d’antan en raison de la domination depuis dix ans du PSG, le clasico reste une valeur sûre pour le football français. Un match repris dans le monde entier par une cinquantaine de diffuseurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.