Football français : Médiapro dans la tourmente

Le groupe Médiapro a l'avenir du football français entre ses mains, notamment le règlement des droits de jeu à la télévision. Explications.

France 2

L'arrivée de Médiapro, un nouveau diffuseur à capitaux chinois et espagnols qui aurait apporté de nouveaux revenus pour les clubs, aurait dû être une révolution dans le football français. Une grande partie du contrat signé en 2018 doit revenir aux clubs : 814 millions d'euros par an, jusqu'en 2024. L'échéance d'octobre est de 172 millions d'euros, mais le groupe refuse de la payer. Médiapro veut renégocier le contrat à la baisse, arguant l'impact de la crise sanitaire. C'est un refus net de la ligue de football et des dirigeants de clubs. "Six semaines après le début, on vient nous voir en disant qu'on ne peut pas payer l'échéance du 17 octobre. Ce n'est pas sérieux", explique Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique lyonnais.

Le bras de fer pourrait se poursuivre devant la justice

Ces revenus sont importants pour les clubs car les droits télévisuels représentent en moyenne 47,3% des recettes des clubs de Ligue 1. Les petites structures en Ligue 1 comme en Ligue 2 pourraient aller jusqu'à faire faillite si cette somme se tarit. "Si la L1 n'a plus d'oxygène pour nous acheter des joueurs, et nous on n'a pas d'oxygène pour les développer à travers nos centres de formation dans lesquels on a investi, ça devient extrêmement difficile de sauvegarder toute la pyramide du football", explique Ahmet Schaefer, président du Clermont Foot (Ligue 2). Le bras de fer pourrait se poursuivre devant la justice.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une caméra portant le logo du groupe Mediapro lors du match de Ligue 1 entre le Paris Saint-Germain et Marseille (OM) au Parc des Princes à Paris, le 13 septembre 2020 (photo d\'illustration).
Une caméra portant le logo du groupe Mediapro lors du match de Ligue 1 entre le Paris Saint-Germain et Marseille (OM) au Parc des Princes à Paris, le 13 septembre 2020 (photo d'illustration). (FRANCK FIFE / AFP)