Droits TV du foot français : les clubs impatients de connaître les résultats de la nouvelle consultation lancée par la LFP

Les diffuseurs intéressés pour reprendre le flambeau de Médiapro ont jusqu'à midi lundi pour déposer leurs offres auprès de la Ligue de football professionnel (LFP). Dans les clubs, salariés et joueurs suivent l'affaire de près.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une caméra du groupe Mediapro lors du match de Ligue 1 entre le Paris Saint-Germain (PSG) et Lyon (OL), le 13 décembre 2020 au Parc des Princes à Paris. (FRANCK FIFE / AFP)

Entre la peur de l'écran noir pour des clubs déjà fragilisés par la situation sanitaire et l'espoir de trouver un ou plusieurs diffuseurs sans brader les championnats de Ligue 1 et de Ligue 2, les salariés, joueurs et entraîneurs des clubs de football professionnel attendent le résultat de cette nouvelle consultation avec impatience, lundi 1er février.

À Lille, chez l'actuel leader du championnat, l'entraîneur Christophe Galtier estime qu'il est temps. "Ce que j'espère, c'est qu'il y ait un appel d'offres qui puisse donner espoir au football français, explique-t-il. Après, il y a assez de personnes compétentes qui se battent tous les jours, et j'en suis sûr, pour sortir le football français de ce marasme." En décembre dernier, l'entraîneur du LOSC avait déjà martelé que l'important c'était de trouver un diffuseur, quel qu'il soit.

Des matchs attractifs

Dans le bas du classement de la Ligue 1, l'impatience se fait sentir. Le président du FC Lorient, Loïc Féry, annonce au moins 25 millions d'euros de perte pour la saison en cours à cause du contexte. L'entraîneur Christophe Pélissier attend aussi l'arrivée d'un ou de plusieurs diffuseurs, car la Ligue 1 reste attractive explique le coach des Merlus, qui ont fait le spectacle en terrassant le PSG (3-2) dimanche 31 janvier. "On ne peut pas avoir la politique de l'autruche par rapport à ça, on sait que le foot français est dans une grosse difficulté avec les droits tv et malheureusement l'absence du public dans les stades, confie-t-il. Je me dis que des prestations comme on fait aujourd'hui doivent donner l'envie aux chaînes de télévision d'acheter les droits."

Trouver des diffuseurs, oui, mais sans brader le foot français, poursuit l'entraîneur du stade de Reims David Guion. Il sent poindre des interrogations parmi ses joueurs : "Ce sont des garçons qui sont adultes, qui s'interrogent, qui prennent des informations. Je ne les sens pas inquiets mais je les sens conscients de la situation."

"J'espère vraiment qu'il y aura une offre de plus-value surtout de façon à ce qu'on puisse retrouver des budgets et des comptes beaucoup plus sereins dans les clubs parce qu'on en a tous besoin."

David Guion, entraîneur du stade de Reims

à franceinfo

Depuis 1997, les clubs de Ligue 1 voient tous leur matches de championnat diffusés à la télévision, quelles que soient les chaînes. Depuis 1984, et la première retransmission de Canal +, au moins un match de Ligue 1 est retransmis chaque journée par une télé française. Un écran noir sur le foot français serait donc un retour en arrière de 37 ans.

Les droits TV du foot français vus des clubs - Reportage de Jean-Pierre Blimo
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.