"Canal ne va pas être ruiné" : Vincent Bolloré minimise la perte des droits de retransmission de la Ligue 1

"Canal, c'est une chaîne qui achète des droits à des prix où ils peuvent les vendre sans faire de perte", a dit le premier actionnaire du groupe Vivendi, propriétaire du groupe de télévision payante.

Vincent Bolloré arrive à une réunion du groupe Vivendi, le 19 avril 2018 à Paris.
Vincent Bolloré arrive à une réunion du groupe Vivendi, le 19 avril 2018 à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)

L'espagnol Mediapro a raflé une grande partie des droits télé de la Ligue 1 entre 2020 et 2024, laissant le diffuseur historique Canal+ grand perdant. Peu après ce coup dur pour le groupe, Vincent Bolloré tient à défendre, vendredi 1er juin, le choix de ne pas s'aligner sur la forte hausse du montant des droits de retransmission du championnat français.

"Une tempête dans un verre d'eau microscopique"

"Canal, c'est une chaîne qui achète des droits à des prix où ils peuvent les vendre sans faire de perte", a dit Vincent Bolloré, premier actionnaire du groupe Vivendi, propriétaire du groupe de télévision payante. "Canal ne va pas être ruiné et les équipes de Canal ont extrêmement bien fait de ne pas suivre des enchères folles", a-t-il ajouté. Il s'est voulu rassurant alors que certains annoncent une faillite"C'est présenté comme la fin du monde, mais pardon c'est une tempête dans un verre d'eau microscopique", a-t-il estimé, rappelant que Canal+ possédait d'autres droits sportifs.