"C'est faux et archi-faux" : "Le Progrès" contredit Jean-Michel Aulas et assure avoir payé le voyage de ses journalistes à Moscou

Le président de l'Olympique lyonnais accuse deux reporters d'avoir profité d'un vol "affrété par le club" et d'avoir "injustement critiqué" ses joueurs, après le match contre le CSKA Moscou jeudi soir. A tort, selon le journal.

Jean-Michel Aulas lors du match opposant l\'AS Monaco et l\'Olympique Lyonnais au stade Louis II à Monaco, le 4 février 2018
Jean-Michel Aulas lors du match opposant l'AS Monaco et l'Olympique Lyonnais au stade Louis II à Monaco, le 4 février 2018 (JEAN-PIERRE AMET / X02628)

Les journalistes du quotidien Le Progrès ont-ils bénéficié des largesses du club de foot de l'Olympique lyonnais ? C'est ce qu'affirme le président de l'OL, Jean-Michel Aulas, dans un message posté sur Twitter posté vendredi 9 mars. Le dirigeant lyonnais assure que les deux reporters du journal sont rentrés de Moscou, où l'équipe affrontait jeudi soir le CSKA en huitième de finale de la Ligue Europa, dans un "Boeing affrété par le club". Regrettant les critiques des journalistes sur les performances de ses joueurs, Jean-Michel Aulas en profite pour souligner que son club est "fair et généreux".

"'Le Progrès' paye les trajets et les hôtels"

Le tweet a rapidement fait réagir les internautes. L'un d'entre eux a dénoncé les attaques de Jean-Michel Aulas, affirmant que "ce n'est pas un secret que l'OL fait globalement pression sur les médias qui haussent un peu trop le ton". Contactée par franceinfo, la rédaction du Progrès dément vivement les accusations de Jean-Michel Aulas.

C'est faux et archi-faux. On a reçu la facture de ce trajet que l'on a validée et payée.C'est toujours 'Le Progrès' qui paye les trajets et les hôtels des journalistes."Le Progrès"à franceinfo

Et le journal d'ajouter : "Il est très rare que les journalistes voyagent avec les joueurs : c'est uniquement dans le cas où les vols sont peu nombreux vers ou en provenance du pays où ils se rendaient. C'était le cas de Moscou jeudi", souligne-t-il. C'est la deuxième fois cette semaine que Jean-Michel Aulas crée la polémique. Mercredi, il a posté un tweet critiquant le physique d'un ancien gardien de but du club, suscitant des réactions outrées sur Twitter, comme le rapportait 20 Minutes.

Suite à ce tweet, L'Équipe rapporte que les journalistes qui devaient assister aux conférences de presse de l'OL ont décidé de les boycotter. Une décision expliquée dans un communiqué rédigé par l'ensemble des médias présents qui qualifient ce tweet de "communication malveillante, mensongère et indigne d'un président de club".