Cet article date de plus d'onze ans.

Villarreal se teste en catalan

Le sous marin jaune a-t-il les ressources pour s'inviter dans le course au titre? Tel est l'enjeu du périlleux déplacement en Catalogne. Dernière équipe à suivre le rythme effréné du Real Madrid, qui se rend à Gijon, et du FC Barcelone, va être fixé sur ses ambitions samedi soir. Distancé de deux points, les deux équipes présentent d'une certaine manière les mêmes caractéristiques: un jeu collectif bien en place et des individualités décisives. Un vrai sommet.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Giuseppe Rossi (Villarreal) à la lutte avec Raul Garcia (Atletico Madrid) (MANUEL BRUQUE / MAXPPP)

Après une saison de transition (7e en 2008-2009), sans son entraîneur Manuel Pellegrini, Villarreal est en train de redevenir une place forte de la Liga. Vice-champion d'Espagne en 2007-2008, le "sous-marin jaune" saura samedi à minuit s'il peut croire au titre. "Si nous faisons bien les choses, tout le monde va reconnaître notre travail. La motivation est très grande", a assuré le buteur brésilien Nilmar, qui forme avec l'Italien Giuseppe Rossi une association redoutable (13 buts à eux deux).

De son côté, Barcelone a l'occasion de distancer un nouvel outsider, après avoir balayé le FC Séville (5-0). Un seul souci, en défense: Gerard Piqué est suspendu et Gabriel Milito est blessé. Abidal devrait épauler Puyol dans l'axe. "Villarreal a des joueurs très en forme et un style de jeu qui ressemble beaucoup au nôtre", a prévenu le défenseur brésilien du Barça, Maxwell. Heureusement, Lionel Messi et David Villa sont là. Après tout, c'est l'essentiel. Pour le Barça et le spectacle.

Le droit à l'erreur n'est pas d'actualité car, dimanche, le leader madrilène se rend à Gijon. Et que peut faire l'une des plus mauvaises défenses de Liga contre la meilleure attaque du Championnat? Même si Manuel Preciado, l'entraîneur du Sporting Gijon, a souvent de bonnes idées pour contrarier les "gros", cela ne devrait pas suffire contre ce Real-là, invaincu et sûr de lui. "Nous sommes sur la bonne voie et nous serons plus forts chaque jour", a d'ailleurs lancé l'Allemand Mesut Özil.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Liga

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.