Football : la Liga va vendre 10% de son capital à un fonds d'investissement

Le fonds d'investissement CVC Capital Partners a scellé un accord avec la Liga pour racheter environ 10% de son capital.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Lionel Messi et Antoine Griezmann lors d'un match entre le FC Barcelone et Huesca en Liga, le 15 mars 2021. (JOAN VALLS / NURPHOTO / AFP)

Le pactole pour le foot espagnol. Un accord inédit a été signé entre la Liga, organisateur du championnat d'Espagne de football de première et deuxième division, et le fonds d'investissement CVC Capital Partners. Le fonds, qui a déjà investi dans le Tournoi des Six Nations cette année, va racheter environ 10% du capital de LaLiga pour 2,7 milliards d'euros. L'accord de principe entre les deux parties, qui valorise la Liga à plus de 24 milliards d'euros, vise à "renforcer la croissance globale de LaLiga et de ses clubs en poursuivant sa transformation en une entreprise mondiale de divertissement numérique".

Concrètement, une nouvelle société va être créée dans laquelle la Liga va transférer toutes ses activités. CVC détiendra "une participation minoritaire d'environ 10%" de cette nouvelle entité. En Italie, une opération similaire est sur les rails, mais se heurte pour l'instant à l'opposition de certains clubs.

L'Italie y réfléchit aussi

Le principe d'une possible association avec des fonds d'investissement privés dans la gestion des droits TV, dont CVC, en échange de 1,7 milliard d'euros d'argent frais, a été approuvé à l'unanimité en novembre. Mais, selon plusieurs médias, différents clubs n'y sont plus favorables, dont la Juventus et Naples, et les négociations sont au point mort.

Cette recherche d'argent frais par deux des plus grands championnats européens intervient alors que les clubs ont perdu énormément d'argent en raison de la pandémie de Covid-19, qui les a obligés à fermer leurs stades pendant plusieurs mois.

Dans ce contexte, douze grands clubs européens, dont le Real Madrid, l'Atlético de Madrid et le FC Barcelone en Espagne, avaient provoqué un séisme sur la planète foot en annonçant en avril leur projet de Super Ligue, une ligue quasi-fermée, afin d'engranger des revenus bien supérieurs. La plupart de ces clubs s'étaient ravisés deux jours plus tard, face au tollé international et à la fronde des supporters.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Liga

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.