Le Qatar accusé d'esclavagisme sur les chantiers de la Coupe du monde 2022

Selon le journal "The Guardian", 44 Népalais sont morts cet été, en raison de mauvais traitements. Ils travaillaient dans des conditions inhumaines à la construction d'infrastructures pour le Mondial de football.

Le modèle du stade Al-Wakra, l\'un des stades qui va être construit pour la Coupe du monde 2022.
Le modèle du stade Al-Wakra, l'un des stades qui va être construit pour la Coupe du monde 2022. (KARIM JAAFAR / AFP)

Nouveau scandale autour de la Coupe du monde de football 2022, organisée au Qatar. Le quotidien britannique The Guardian (en anglais) rapporte, mercredi 25 septembre, que 44 travailleurs immigrés népalais ont succombé entre le 4 juin et le 8 août à de mauvais traitements sur les chantiers de l'événement.

Cette enquête s'appuie sur des documents obtenus par l'ambassade de leur pays à Doha et sur des témoignages. Selon The Guardian, ces travailleurs ne sont pas payés depuis plusieurs mois et se sont vu confisquer leur passeport pour les empêcher de partir. Ils se voient également renier un accès à de l'eau gratuite, malgré la chaleur (plus de 50 °C) et sont entassés par 12 dans des chambres d'hôtel miteuses.

La Fifa est "très préoccupée"

La Fédération internationale de football, qui gère l'organisation de la compétition, s'est dite "très préoccupée""La Fifa va de nouveau entrer en contact avec les autorités du Qatar et la question sera également discutée lors de la réunion du comité exécutif sous le point Coupe du monde 2022 au Qatar, les 3 et 4 octobre 2013 à Zurich", a expliqué un porte-parole.

Selon The Guardian, plus de 100 000 Népalais sont arrivés l'an dernier au Qatar, et l'émirat pourrait recruter jusqu'à 1,5 million de travailleurs étrangers supplémentaires pour construire les stades, routes, hôtels et autres infrastructures requises pour la Coupe du monde 2022.