Le PSG est-il protégé par les arbitres ?

Après la victoire du PSG à Nantes et plusieurs actions litigieuses, le président des Canaris a dénoncé le "pouvoir sur l'arbitrage" du club de la capitale.

Alex, le défenseur du PSG, tacle l\'attaquant nantais Filip Djordjevic, lors de la demi-finale de la Coupe de la Ligue, à Nantes, le 4 février 2014.
Alex, le défenseur du PSG, tacle l'attaquant nantais Filip Djordjevic, lors de la demi-finale de la Coupe de la Ligue, à Nantes, le 4 février 2014. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

"Ces joueurs de Paris ont un pouvoir sur l’arbitrage. Ce n’est pas sérieux car ça a déséquilibré le match. Ces erreurs sont quand même un peu trop fréquentes. Après, si [les arbitres] veulent que Paris gagne tout, pas de problème". La déclaration de Waldemar Kita, le président du FC Nantes, après la défaite de son équipe en demi-finale de la Coupe de la Ligue face au club parisien, mardi 4 février, respire la frustration. Et la théorie du complot. Mais y a-t-il complot, comme le sous-entendent de nombreux internautes sur Twitter ? Éléments de réponse. 

Le PSG favorisé, c'est "une idée reçue"

Difficile de nier que Nantes aurait pu bénéficier d'un penalty pour une faute du défenseur vedette Thiago Silva sur l'attaquant nantais Philip Djordjevic à la demi-heure de jeu. Plusieurs fautes parisiennes, dont le piétinement de l'attaquant nantais Schecher par le milieu parisien Thiago Motta n'ont pas été sanctionnées... Faut-il pour autant y voir une machination ? "Le PSG favorisé par les arbitres, c'est une idée reçue, balaye Joël Quiniou, ancien arbitre international contacté par francetv info. On parle plus des erreurs des arbitres face aux grosses cylindrées, au cours des matchs très médiatisés."

Effectivement, le but encaissé par Evian Thonon Gaillard à la dernière minute de son match de Ligue 1, samedi 1er février, alors qu'un joueur d'Ajaccio était en position de hors-jeu flagrante, n'a pas suscité autant de commentaires. "On oublie aussi un peu vite que le PSG a été éliminé de la Coupe de France par Montpellier, alors que l'arbitre n'a pas sifflé un penalty pour une faute sur Edinson Cavani dans la surface. Je n'ai pas entendu à l'époque de commentaires des dirigeants parisiens, remarque l'historien du PSG Michel Kollar, contacté par francetv info.

Le PSG pas spécialement favorisé par l'arbitrage

"Je vous assure qu'on arbitre Sochaux et le PSG de la même façon", insiste Joël Quiniou. Le site qui recense les erreurs d'arbitrage ayant une conséquence au classement, arbitrage-video.com, confirme. Cette année, le PSG a perdu 3 points à cause des erreurs d'arbitrage, ce qui le classe en 15e position de la Ligue 1. L'an passé, il avait bénéficié de deux points supplémentaires, et en 2011-12, sans les bévues des hommes en noir, il aurait remporté le titre devant Montpellier. "Les erreurs dont bénéficie le PSG cette année n'ont des conséquences qu'au goal-average, explique Stéphane, le créateur du site, contacté par francetv info. Le cas typique, c'est qu'ils gagnent 3-0 avec un but hors-jeu au lieu de gagner 2-0."

Un club comme Lorient est beaucoup plus impacté : "D'après mon classement, Lorient a bénéficié de 12 points de trop en 2011-12 et aurait dû descendre en L2. Mais l'année suivante, ils ont été privés de 12 points ce qui les a relégués à la 8e place quand ils pouvaient lutter pour une place européenne. A ce moment-là, le président de Lorient Loïc Féry a beaucoup relayé notre classement, ce qu'il n'avait pas fait la saison précédente. On comprend pourquoi..."

Le PSG comme la Juventus et Manchester United...

Ce genre de débat existe dans tous les championnats. A en croire la rumeur, la Juventus, le club le plus haï d'Italie, bénéficie de l'indulgence du corps arbitral depuis 40 ans, rapporte le site SerieAddicted. En Angleterre, c'est Manchester United qui est dans le collimateur. Patrick Vieira a déclaré en 2012 que, à domicile, "MU a des avantages que les autres équipes n'ont pas". L'arbitre Mike Riley, qui a officié pendant les années 1990-2000, était même considéré comme pro-United. Le Guardian a voulu tirer le vrai du faux : en 14 matchs arbitrés à Old Trafford, Riley a accordé 10 penalties à United. Mais est-ce la conséquence de sa partialité ou du fait que United a plus le ballon et est plus fort que ses adversaires ? 

Le PSG est le club de Ligue 1 qui a bénéficié du plus grand nombre de penalties, huit cette saison, loin devant Montpellier, 2e de ce classement avec trois seulement. "Mais ce chiffre est inférieur à ce que pouvait obtenir comme penalties l'OM époque Bernard Tapie", nuance Michel Kollar.

Mais Paris sait y faire pour que les arbitres sifflent

Les supporters de Nantes réclament une faute, lors de la demi-finale de la Coupe de la Ligue Nantes-PSG, le 4 février 2014. 
Les supporters de Nantes réclament une faute, lors de la demi-finale de la Coupe de la Ligue Nantes-PSG, le 4 février 2014.  (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

A défaut d'être surprotégé, le PSG sait mettre toutes les chances de son côté. L'ancien milieu du PSG Pierre Ducrocq se souvient, interrogé par 20minutes.fr : "Je me rappelle que Marco Simone nous apprenait comment il mettait sa jambe en opposition pour prendre un coup et obtenir la faute." Une action typique que les joueurs parisiens ont répété à de nombreuses reprises quand ils étaient en difficulté face aux Nantais. Rappelons qu'à chaque match un arbitre prend "environ 250 décisions" expliquait l'arbitre international Stéphane Lannoy aux Cahiers du Football, pour une moyenne de 50 coups de sifflet, avec à chaque fois un temps de réaction proche de la seconde.