Cet article date de plus de cinq ans.

Le gardien de Granville, héros de la Coupe de France, a été agressé dans la nuit

Clément Daoudou a été découvert le visage ensanglanté, à l'aube. Plusieurs individus l'auraient frappé, selon le quotidien "Ouest France". Il souffre d'une fracture à la mâchoire et ne pourra pas jouer les quarts de finale.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le gardien de l'US Granville Clément Daoudou (avec un maillot fluo, à gauche) lors de la rencontre contre Bourg-en-Bresse, mardi 9 février 2016, à Granville (Manche). (MAXPPP)

Le gardien de football de l'US Granville a été victime d'une violente agression, dans la nuit de mardi à mercredi 10 février. Clément Daoudou avait pourtant bien commencé la soirée, après avoir grandement contribué à qualifier son équipe contre les professionnels de Bourg-Péronnas (Ligue 2), en huitièmes de finale de la Coupe de France. Mais la suite est moins réjouissante. Selon Ouest France, le joueur a été retrouvé le visage ensanglanté par la police, aux environs de 6 heures de matin, alors qu'il se rendait dans un restaurant kebab. Les circonstances du drame ne sont pas encore connues, mais le quotidien précise que "plusieurs individus auraient frappé le jeune gardien".

Il ne pourra pas jouer en quart de finale

"On est choqués et scandalisés par ce qu'il s'est passé, a réagi le coprésident du club Fabrice Clément, interrogé par Ouest France. Ce n'est en aucun cas une bagarre, mais bel et bien une agression". Clément Daoudou a été transféré à l'hôpital d'Avranches (Manche). Le diagnostic est lourd, puisqu'il souffre d'une fracture de la mâchoire, nécessitant une intervention chirurgicale dans la soirée. Indisponible pour deux mois, Clément Daoudou ne pourra pas tenir sa place en quart de finale, le 2 mars. Cette nouvelle vient gâcher la fête, alors que Granville célébrait son équipe et le dernier jour de son carnaval.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.