Cet article date de plus de neuf ans.

Le Brésil écarte la Colombie et s'offre une demi-finale dans "son" Mondial

Le Brésil a éliminé vendredi soir la Colombie (2-1), en souffrant, et s'est qualifié pour la demi-finale de la Coupe du Monde à domicile. La Séleçao affrontera l'Allemagne mardi prochain. Les hommes de Scolari ont eu du mal face aux Cafeteros ; les deux buts ont été inscrits par les deux défenseurs centraux, Thiago Silva et David Luiz. La Séleçao a en revanche perdu sa star Neymar, blessée.
Article rédigé par Yann Bertrand
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (David Luiz exulte après avoir inscrit le deuxième but brésilien © Reuters/Marcelo Del Pozo)

Il semble écrit que, dans cette Coupe du Monde, le Brésil ne gagnera pas par son "joga bonito". Mais, on pourra dire ce qu'on veut, même si elle ne séduit pas, cette Séleçao est quand même à deux matchs de la victoire finale dans "son" Mondial. Vendredi soir face à la Colombie, l'équipe a encore montré un manque d'imagination flagrant, des moments de flottement inquiétants, mais elle a fait preuve d'un réalisme froid. Ce Brésil-là est un tueur au sang froid, qui laisse parfois la beauté du geste à l'adversaire. Ce fut le cas dans ce quart de finale face aux Colombiens de James Rodriguez.

À REVIVRE ►►► Le match tendu entre le Brésil et la Colombie

Nul doute qu'à Fortaleza, où se déroulait le match, comme sur les plages de Rio de Janeiro, où étaient réunies des dizaines de milliers de personnes, ils sont nombreux à se moquer de la manière, pourvu que le résultat soit là. Ce qui donne une confrontation plutôt cocasse en demi-finale ; le Brésil affrontera mardi une Allemagne autrefois affublée de ces "tares" - vainqueur un peu plus tôt de la France -, et qui passe aujourd'hui - quoique, pas dans ce Mondial - pour une esthète.

Du progrès quand même

Malgré tout, le Brésil entrevu à Fortaleza est en progrès. Objet de nombreuses critiques depuis sa crise de sanglots lors du huitième de finale face au Chili, le capitaine Thiago Silva a répondu de la meilleure des façons, dès la 7e minute. Rôdant au second poteau, le joueur du PSG a catapulté le ballon au fond des filets de David Ospina. Ensuite, les Brésiliens ont attaqué, essayé, beaucoup couru, et pas mal défendu. Au milieu, Fernandinho se chargeait de mettre les coups qu'il fallait, notamment à un James Rodriguez clairement ciblé.

En seconde période, les Colombiens se sont lancés à l'assaut progressivement, mais ils ont été cueillis par un pur bijou. Daviv Luiz, futur défenseur du PSG - lui aussi -, s'est chargé de transformer un coup franc en oeuvre d'art, par la seule grâce de son intérieur du pied. Magnifique. À 2-0, la messe semblait dite, la liesse totale.

Neymar, inquiétude nationale

Pourtant, à dix minutes de la fin du match, une faute de Julio César sur Bacca offrait un penalty aux Colombiens toujours dangereux. James Rodriguez se chargeait de transformer la sentence, pour son sixième but du Mondial. La perle colombienne de l'AS Monaco, 22 ans, aura illuminé la compétition de sa classe. Ses larmes après le coup de sifflet final en disaient d'ailleurs beaucoup sur sa rage de vaincre. Le héros brésilien David Luiz a d'ailleurs tenu à le faire applaudir par tout le stade. Un très beau geste.

Mais l'image que les supporters brésiliens retiendront est aussi beaucoup moins belle. En larmes, tordu par la douleur, son chouchou Neymar a quitté ses partenaires avant la fin, victime d'une agression de Zuniga, un coup de genou par derrière. L'attaquant, feu follet de l'équipe brésilienne, est d'ores et déjà forfait pour le reste du Mondial. Et un Brésil sans Neymar fait quand même beaucoup moins peur. Sans compter que le capitaine Thiago Silva, qui a écopé d'un carton jaune, sera lui suspendu pour la demi-finale. De quoi sérieusement refroidir l'ambiance.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.