Cet article date de plus de neuf ans.

L'Allemagne met brutalement fin au rêve des Bleus

L'Allemagne s'est qualifiée ce vendredi pour les demi-finales du Mondial, en éliminant l'équipe de France (1-0). Les Bleus, empruntés, n'ont jamais réussi à mettre leur jeu en place. Même si le parcours de cette équipe reste satisfaisant, les regrets seront nombreux.
Article rédigé par Yann Bertrand
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (Les Bleus et Mamadou Sakho s'arrêtent là dans ce Mondial © Reuters/Kai Pfaffenbach)

Et à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne... Le cliché est tenace, mais il est resté vrai ce vendredi au stade Maracana de Rio de Janeiro. L'équipe de France a subi la loi de la Mannschaft en quarts de finale de la Coupe du Monde ; les Bleus de Didier Deschamps sont tombés sur le plus petit score possible, 1-0. Un score qui laisse énormément de regrets, mais qui traduit aussi une partie trop mal maîtrisée pour pouvoir l'emporter. Malgré 13 tirs (dont neuf cadrés) contre 8 pour les Allemands, et au moins trois occasions franches, les Bleus ne sont pas allés jusqu'au bout de leur rêve.

À REVIVRE ►►► Les Bleus battus par l'Allemagne 1-0

La fatigue a sûrement joué, les conditions atmosphériques - plus de 27°C et 88 % d'humidité - aussi, mais l'Allemagne a dans l'ensemble été supérieure, même si elle n'a pas eu à forcer son talent. Sur quelques occasions, les Français auraient même pu l'emporter - ils ont frappé davantage aux buts que les Allemands - mais la précision a cruellement manqué partout, en défense, au milieu et en attaque. La première mi-temps notamment a été une catastrophe en ce domaine, les passes arrivant rarement dans les pieds, quand elles ne finissaient pas en touche...

Hummels, bourreau du jour

Dès le débutdu match, on a senti les Bleus empruntés, pas vraiment dans leur match. Et c'est paradoxalement quand ils ont semblé reprendre - un peu - pied qu'ils se sont fait surprendre. Sur un coup franc excentré, Toni Kroos déposait le ballon sur la tête de Mats Hummels, le défenseur central qui effectuait son retour ce vendredi. Ensuite, les deux équipes ont échangé les temps forts, sans réellement enfoncer son adversaire. L'expérience était (déjà) côté allemand.

En deuxième période, les Bleus sont partis fort, mais ont rapidement donné l'impression de retomber dans leurs travers. En face, les Allemands s'en sont tenus à leur plan tactique, leur pressing haut et leurs deux lignes resserrées dans leur camp. Fatigués, ils ont tenu. Il faut dire que les Français ont multiplié les mauvais choix, balançant de longs ballons comme autant de sucreries pour la charnière Boateng-Hummels.

Un beau parcours quand même

Et pourtant, Karim Benzema aurait pu égaliser à la dernière seconde du temps additionnel, mais Manuel Neuer a montré en un arrêt pourquoi il était certainement le meilleur gardien du monde. Coup de sifflet, joie allemande, pleurs français, la scène a tendance à se répéter à travers l'histoire. Éliminés en demi-finales par les Allemands en 1982 et en 1986, cette fois la marche précédente était encore trop haute, et le complexe allemand toujours prégnant. La Nationalmannschaft va disputer au Brésil sa troisième demi-finale en quatre ans (après le Mondial 2010 et l'Euro 2012).

"C'est dur de s'arrêter en si bon chemin [...] On voulait aller au bout, on est tristes ce soir" (Mathieu Valbuena)

Malgré tout, les Bleus peuvent se satisfaire de leur parcours au Mondial. Très peu cités parmi les favoris il y a trois semaines, les hommes de Didier Deschamps ont montré beaucoup de qualités au Brésil. Point important, ils se sont aussi réconciliés avec leurs supporters, après le désastre de Knysna en 2010. Prochaine étape, et pas des moindres : l'Euro 2016, à domicile. Cette génération-là peut traverser des tempêtes si elle sait se remettre de cette déception légitime. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.